Changement climatique

La Chine espère que la Conférence de Doha sur le climat produira un résultat « équilibré »

La position de la Chine

Témoignages.re / 24 novembre 2012

Une dépêche de l’agence Chine nouvelle reprise par le "Quotidien du peuple" apporte un éclairage sur la ligne de la Chine lors des discussions à Doha.

La Chine s’attend à des résultats « exhaustifs et équilibrés » de la prochaine conférence sur le changement climatique de Doha, au Qatar, a annoncé mercredi le négociateur en chef du pays pour les pourparlers des Nations unies sur le changement climatique.
Xie Zhenhua, directeur adjoint de la Commission nationale du développement et de la réforme (CNDR) a espéré que la conférence, « comme celle de Durban l’année dernière, aboutira à un résultat exhaustif et équilibré ».
« Cela signifie qu’elle va non seulement prendre en compte l’intérêt commun de tous les êtres humains, mais aussi répondre aux réalités et besoins distincts des différents pays »,
a indiqué M. Xie lors d’une conférence de presse à Beijing.
La Chine espère trouver une solution qui non seulement encouragera les négociations sur le changement climatique, mais aussi répondra aux intérêts fondamentaux de tous les pays, a-t-il expliqué.
La 18ème session de la Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique (CCNUCC) et la 8ème session de la Conférence des parties siégeant en tant que Réunion des parties du Protocole de Kyoto (Conférence de COP18/CMP8) se dérouleront du 26 novembre au 7 décembre à Doha.
Dans un rapport publié mercredi par la CNDR, le gouvernement chinois a déclaré que l’objectif premier de la conférence devrait être de prendre des dispositions concrètes pour la mise en œuvre de la deuxième période d’engagement du Protocole de Kyoto.
« Après presque deux décennies de négociations, nous avons besoin de finaliser la vision commune mise en place par la convention et le protocole, d’agir et de tenir les promesses faites par les pays ».
« Nous devons parvenir à un résultat juridiquement contraignant pour la deuxième période d’engagement du Protocole de Kyoto qui pourra être soumis pour approbation », a annoncé le négociateur.
En outre, la Chine aimerait voir des initiatives réelles concernant les sujets de préoccupation de tous les pays en développement, tels que le financement, le transfert de technologie et le renforcement de capacité, a-t-il poursuivi.

La Chine publie un rapport sur ses efforts contre le changement climatique


La Chine a publié mercredi un rapport détaillant ses politiques et efforts déployés l’année dernière pour faire face aux défis du changement climatique mondial.
Le rapport, intitulé "Les Politiques et actions de la Chine pour lutter contre le changement climatique (2012)", a été publié avant la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques qui se déroulera du 26 novembre au 7 décembre à Doha, au Qatar.
Le rapport présente les actions menées par le gouvernement chinois pour atténuer et s’adapter au changement climatique. Il documente également les mesures visant à promouvoir la construction de communautés à faibles émissions de carbone et à faire progresser la coopération et les négociations internationales.
Durant la période 2006-2010, la consommation totale d’énergie par unité de PIB (produit intérieur brut) a baissé de 19,1% par rapport à 2005, soit une réduction de 1,46 milliard de tonnes d’émissions de dioxyde de carbone (CO2). Cela signifie que la Chine a réalisé ses objectifs en matière d’économie d’énergie inscrits au 11ème Plan quinquennal (2006-2010), indique le rapport.
D’ici 2015, le pays vise à réduire la consommation d’énergie par unité de PIB de 16% et les émissions de CO2 par unité de PIB de 17%. Il compte également augmenter la part des combustibles non fossiles dans son bouquet énergétique primaire, présente le document.
En 2011, les catastrophes naturelles provoquées par des événements climatiques et des conditions météorologiques extrêmes ont affecté 430 millions de personnes en Chine et entraîné des pertes économiques de 309,6 milliards de yuans (49,6 milliards de dollars).
Selon le rapport, la prochaine Conférence de Doha sur les changements climatiques est d’une grande importance pour maintenir le cadre juridique de base de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et du Protocole de Kyoto.
L’objectif premier de la conférence doit être de prendre des dispositions concrètes pour la mise en œuvre de la deuxième période d’engagement du Protocole de Kyoto. La rencontre doit également permettre de s’assurer que la deuxième période d’engagement sera mise en œuvre le 1er janvier 2013, explique le rapport.
D’après le document, la Chine adopte la théorie de « responsabilités communes, mais différenciées » dans les négociations climatiques internationales. Les émissions chinoises de gaz à effet de serre historiques et par habitant sont bien inférieures à celles des pays développés.
Cependant, le développement économique rapide et la taille importante de sa population ont fait de la Chine un grand producteur de gaz à effet de serre.

3.000 mégawatts grâce au soleil en Chine

La Chine possédera une capacité installée de production d’électricité photovoltaïque de 3.000 MW d’ici à 2015, pour une valeur totale sur le marché de 45 milliards de yuans (7,22 milliards de dollars), selon un rapport publié mercredi par la Maison d’édition de l’Académie des Sciences sociales.
La plupart des régions de Chine conviennent au développement et à l’utilisation de l’énergie solaire, 98% de son territoire enregistrant une moyenne annuelle de 1.000 kWh/mètre carré ou plus produits à partir du rayonnement solaire, révèle un livre vert sur le changement climatique.
Cependant, la moyenne annuelle d’électricité photovoltaïque produite sur l’ensemble du territoire correspond à 1.500 kWh par mètre carré, soit l’équivalent de la consommation énergétique d’un foyer pendant un an.


Kanalreunion.com