Changement climatique

La COI apporte la solidarité face aux dégâts des cyclones

Soutien aux Comores, à Madagascar, à Maurice et aux Seychelles

Témoignages.re / 21 février 2013

La Commission de l’océan Indien se mobilise pour apporter un soutien aux États membres suite aux récents phénomènes climatiques provoquant d’importants dégâts.

La COI s’est mobilisée via ses projets pour apporter un soutien aux Comores, à Madagascar, à Maurice et aux Seychelles afin d’atténuer les effets négatifs des récents cyclones et pluies diluviennes.

Aux Seychelles, un évaluateur a été dépêché dans les soixante-douze heures suivant l’appel à la solidarité internationale du président James Michel. Un bilan a été dressé sur le terrain et les premiers besoins ont été évalués.

L’Unité technique Risques (UTR) du projet Risques naturels (RN) de la COI coordonne depuis le 28 janvier l’ensemble de ses contacts pour centraliser l’information disponible et assurer un reporting auprès des principaux partenaires.

Épidémie de dengue contrôlée

Via son projet Santé, la COI a mobilisé ses principaux partenaires (le réseau de veille épidémiologique SEGA et les laboratoires) afin de suivre la situation sanitaire et de faciliter le diagnostic des maladies suspectées. En cas de besoin, une équipe d’épidémiologistes régionaux se tient prête et pourrait être envoyée en renfort auprès des ministères de la Santé.

Enfin, pour mieux répondre à l’épidémie de dengue qui sévit actuellement aux Seychelles, la COI a répondu favorablement à la demande du ministère de la Santé en finançant l’achat de produits destinés à la lutte anti-vectorielle à hauteur de 15.000 euros. À ce jour, l’épidémie est contrôlée avec une diminution importante du nombre de nouveaux cas.

Par ailleurs, la COI, à travers son projet Risques naturels, a lancé une série d’actions concrètes, notamment la livraison dans les prochaines semaines au Bureau national de gestion des risques et catastrophes de Madagascar de deux kits de télécommunications d’urgence ; la réalisation d’une caserne de pompiers qui sera inaugurée dans le courant de l’année à Moroni, aux Comores et la mise en œuvre de projets de sensibilisation aux risques.

Ces actions s’inscrivent toutes dans le cadre d’un programme régional intégré plus large de la COI en termes de sécurité humaine et de protection des populations de ses États membres.

Ces actions ont été entreprises par la COI via ses projets Risques naturels (RN) et Réseau de surveillance et d’investigation épidémiologique (RSIE), tous deux financés par l’Agence française de développement (AFD).

Déjà un lourd bilan

On peut rappeler le bilan particulièrement lourd de la saison cyclonique 2012/2013 pour les pays de l’océan Indien.

Du 27 au 29 janvier dernier, les îles de Mahé et de la Digue aux Seychelles ont été frappées par de fortes précipitations suite au passage du cyclone Felleng. Les glissements de terrain successifs à ces inondations ont isolé une partie de l’île principale, compliquant le travail des autorités en charge de l’évacuation des victimes. Au total, plus de 1000 familles ont été affectées, dont 246 ont été contraintes de quitter leur habitation.

Le passage de Felleng s’est également fait ressentir à Madagascar et aux

Comores, provoquant d’importants dégâts. Le bilan à Madagascar est particulièrement lourd puisque 12 personnes ont trouvé la mort dans cette catastrophe.

Enfin, la semaine dernière, c’est au tour de Maurice d’être confronté à ce phénomène. Des pluies torrentielles ont paralysé le pays et l’alerte a été lancée, forçant l’arrêt des activités économiques. Résultat des pertes pour le pays : plus de 30 millions de dollars selon l’organisation patronale, la Mauritius Employers Federation.


Kanalreunion.com