Changement climatique

La Cote d’Azur dévastée par des pluies torrentielles

En quelques heures, la catastrophe

@celinetabou / 5 octobre 2015

Le dernier bilan, des inondations dues à de violents orages dans la nuit de samedi à dimanche sur la Côte d’Azur, fait état d’au moins 16 personnes mortes et 5 portées disparues. En deux heures, la zone littorale a reçu l’équivalent en pluie d’un mois d’octobre moyen, soit 10 % des précipitations annuelles.

JPEG - 48.5 ko
Extrait du journal de France 3.

« Le bilan est malheureusement provisoire », a annoncé à la presse, dimanche 4 octobre le préfet des Alpes-Maritime, Adolphe Colrat. En effet, l’ensemble des zones inondées n’ont pas encore été totalement explorées. Dans la foulée, le président François Hollande a annoncé « la solidarité de la Nation ». Il s’est rendu sur place avec le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve.

Des pluies violentes et denses

Le déluge a été « très violent et concentré », a indiqué Adolphe Colrat. En effet, les pluies ont entraîné la crue du petit fleuve côtier de la Brague, submergeant des rues de Cannes, Antibes, Mandelieu-la-Napoule, Villeneuve-Loubet et Nice. En deux jours, la zone littorale a été inondée, paralysant partiellement le trafic ferroviaire, autoroutier, et routier secondaire et coinçant des centaines de touristes.
Les habitants de la commune de Mandelieu-la-Napoule, non loin de Cannes, ont du faire face à des « lames d’eau ». En quelques heures, la résidence du Cap-Vert a été entièrement dévastée. Les habitants étaient descendus dans les parkings souterrains mettre leurs voitures à l’abri.
Pris au piège, au moins sept personnes sont mortes. Dans les sous-sols, « l’eau est tellement opaque que les pompiers ne voient pas les corps. C’est apocalyptique », a indiqué le maire Henri Leroy. 7 personnes sont décédées dans la commune, 4 dans la résidence du Lavandin et 3 dans celle du Cap-Vert.
A Cannes, les intempéries ont fait au moins 2 morts et 2 disparus, le maire David Lisnard a critiqué des personnes « pas toujours disciplinées », car il y avait « des personnes qui semblaient très attachées à leurs véhicules là où il fallait préserver des vies ». 180 mm d’eau sont tombés en trois heures, le mairie a hébergé d’urgence 120 personnes dans un local durant la nuit. « Certains véhicules ont été emportés jusque dans la mer », a souligné David Lisnard.
A Nice, des arbres se sont couchés sur la promenade des Anglais. Les trombes d’eau ont inondé des campings près d’Antibes, dont les occupants réfugiés sur les toits de leurs caravanes ont été évacués par hélicoptères, selon l’Agence France Presse.

Nécessité d’anticiper

D’importants dégâts matériels sont à craindre. Et près de 16.000 foyers étaient encore privés d’électricité au milieu de la journée de dimanche. François Hollande a annoncé l’état de catastrophe naturelle pour la zone sinistrée. Invité du Grand Jury sur LCI ce dimanche, Alain Juppé a déclaré qu’ « on ne peut pas prouver » que les pluies sont dues à un dérèglement climatique, « mais la question se pose ».
Pour Philippe Verdier, chef du service météo de France Télévisions, intérogé par Le Point, « aucun météorologue n’aurait pu prévoir ce qui s’est passé ensuite. Subitement, l’accumulation d’eau ne se fait pas comme prévu et vous êtes confronté à des pluies extrêmement violentes, brutales, très localisées. Les zones urbaines, du fait que les pluies ruissellent sur le bitume, sont toujours plus exposées. Il est alors trop tard pour activer le rouge ».
A deux mois de la Conférence mondiale sur le climat à Paris, ces pluies diluviennes mettent en avant tous les enjeux de sommet, qui doit déboucher à un accord inédit pour lutter contre le réchauffement climatique, cause des trombes d’eau que vient de subir la Côte d’Azur.
De son côté, Pascal Brovelli, directeur adjoint à la direction des opérations à Météo-France a expliqué à l’AFP que ces phénomènes sont exceptionnels par leur intensité et aggravés par « la forte urbanisation de la région touchée ». Raison pour laquelle, l’adaptation aux changements climatiques est un élément essentiel des prochains débats, car ces phénomènes sont difficiles à prévoir « parce qu’ils se produisent sur une zone très limitée et dans un court laps de temps ».
Le directeur adjoint à la direction des opérations à Météo-France, a indiqué que « nous avions prévu des précipitations importantes, de l’ordre de 50 à 80 mm d’eau par heure sur cette large zone avec, plus localement, des niveaux de 100 à 150 mm par heure au plus fort de l’épisode ».
« Mais il s’avère que sur l’est du Var s’est développé très rapidement un système explosif qui a parcouru le littoral des Alpes-Maritimes et qui a touché les villes de Cannes, Antibes ou Mandelieu », a-t-il indiqué. Le météorologue a assuré que « c’est le caractère explosif et intensif de ces précipitations qui a conduit au drame ».



Un message, un commentaire ?



Messages






  • La catastrophe naturelle qui vient de frapper la côte d’azur est elle due au réchauffement climatique ou à la négligence des hommes ? On ne pourra répondre à cette question que lorsque l’on aura vérifié que c’est bien la première fois que le phénomène météorologique qui en est la cause s’est produit.
    il est possible que dans le passé ce phénomène se soit déjà produit , mais qu’il n’ait pas causé autant de dégâts parce que l’environnement urbain était différent.
    Ce qui s’est passé durant ce week-end sur la côte d’Azur , qui ressemble bien à ce qui s’est passé à Lourdes il y a deux ans lorsque une arrivée précoce des températures plus chaudes ont occasionné une brutale fonte de neige qui a fait déborder tous les torrents , nous rappelle combien il faut être vigilant dans la gestion des zones urbaines dans les pays de montagne .

    Dans les régions montagneuses , une simple grosse pluie peut avoir des conséquences désastreuses , parce que les eaux de pluies ou de la fonte des neiges dévalent immédiatement les pentes sans pénétrer dans le sol, et vont très rapidement transformer des petits ruisseaux en torrents de boues qui vont tout emporter sur leur passage .
    Dans ces régions , les autorités doivent accorder une attention particulière aux moyens prévus pour l’évacuation des eaux de pluie lorsque des permis de construire sont accordés. Des solutions doivent être appliquées pour que les eaux pénètrent dans le sol au lieu de dévaler les pentes celles ci peuvent être la construction de puisards ou des retenues artificielles . Mais il faut également veiller à ce que les ouvrages qui sont en contrebas soient suffisamment dimensionnés pour recevoir les grandes quantités d’eau ne . pourront être capturées par ces dispositifs. Il faut veiller à ce que chaque petit ruisseau soit entretenu correctement , qu’aucun ne soit bouché par des branches ou des dépôts d’ordure qui vont barrer l’écoulement des eaux et provoquer des embâcles destructeurs dès que le niveau de l’eau va monter .
    Il faut prévoir les débordements des cours d’eau et endiguer les rives notamment dans les zones urbaines , et interdire toute installation là où les rives ne sont pas protégées.

    Il est possible que ce qui s’est produit à Lourdes et sur la côte d’azur aurait pu être évité si chacun avait assumé ses responsabilités correctement dans la prévision d’une telle catastrophe .

    Quoi qu’il en soit, il faut que ces évènements servent de leçon à l’ensemble du pays , car ce qui s’est produit une fois pourra de nouveau se reproduire au même endroit mais aussi ailleurs là où des conditions similaires existent ; ceci d’autant plus qu’avec les conséquences du réchauffement climatique on peut s’attendre à ce que ce genre de phénomène se renouvelle fréquemment .
    Et pour que la leçon porte ses fruit , il faudrait non seulement lancer immédiatement une grande enquête sur l’ensemble du territoire pour bien cerner les régions qui pourraient être touchées par un tel phénomène mais aussi prendre des dispositions pour éviter qu’elles aussi soient demain ou dans un avenir proche déclarées sinistrées par des évènements similaires .

    Enfin sachant que le réchauffement climatique va modifier considérablement le déroulement des phénomènes météorologiques dans de nombreuses régions du pays , il faut s’atteler plus que jamais lui livrer une guerre sans merci et le combattre sur tous les fronts en essayant de mobiliser du mieux possible les autres pays du monde qui sont tous concernés par ses conséquences .

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com