Changement climatique

La prévention reste la seule solution contre les catastrophes naturelles

Changement climatique

Céline Tabou / 9 septembre 2010

Dans quelques mois, Paul Vergès, président de l’ONERC va rendre son rapport au gouvernement sur l’adaptation aux changements climatiques. Ce document est l’outil d’un travail colossal pour permettre à la France de prendre les mesures appropriées, et d’être en pointe au niveau international dans la connaissance des risques et ses conséquences.

Les évènements de ces derniers mois montrent l’urgence qu’il y a à anticiper l’avenir, et les changements climatiques. Avec la hausse démographique, la concentration humaine près de zones à risques, l’urbanisation massive, et la course aux profits, tous ces éléments souvent interpeller les responsables politiques, les autorités concernées, et tous les acteurs de la société à l’urgence de mettre en place un plan d’adaptation aux changements climatiques.

Bilan des dernières catastrophes majeures

En Asie, les inondations et glissements de terrain ont fait 3.185 morts et au moins 1.060 disparus en Chine depuis le début de l’année, et 1.100 morts, et des milliers de sinistrés piégés par les eaux au Pakistan. Le pays connaît la pire crise humanitaire, et est menacé par des épidémies, dont le choléra. Près de 4.000 habitations sont détruites ont annoncé les autorités pakistanaises. Il s’agit des pires intempéries du continent, depuis le début de la saison des moussons.
En Russie, ce sont les incendies débutés en juillet, à cause d’une hausse des températures, qui ont fait près de 117 morts, et détruit des centaines de structures privées et publiques. Les autorités ont d’ailleurs craint une montée de la radioactivité dans la zone de Tchernobyl.
La Nouvelle-Zélande a vécu l’un des plus violents séismes de son histoire. De magnitude 7, le tremblement de terre a frappé samedi 4 septembre dans la nuit Christchurch, causant des destructions massives, mais ne faisant que plusieurs blessés, dont deux graves, selon un premier bilan.

Tirer les leçons de telles catastrophes

Ces catastrophes naturelles entraînent avec elles, des drames humains, ainsi que des dégâts économiques et écologiques considérables. Mais ces phénomènes montrent surtout l’absence d’anticipation. Les évènements paraissent anodins, et occasionnels, mais les prévisions à venir disent autre chose, particulièrement avec le réchauffement de la terre. Aujourd’hui, l’absence d’anticipation est la règle et la prévention est le minimum mis en place par les gouvernements pour faire face aux catastrophes.
Les exemples sont nombreux. Aux États-Unis, la marée noire de pétrole aurait pu être évitée, si British Petroleum avait anticipé une fuite possible dans un puit. Malgré toutes les précautions, comment, au Chili, les exploitants de la mine n’ont pas prévu l’effondrement de la mine avec des mineurs à l’intérieur. Les concepteurs ont certes prévu un refuge de secours, mais pas d’issue de secours. Ces mineurs devront attendre trois mois avant de pouvoir voir la lumière du jour. Mais, depuis les autorités tentent d’entretenir l’espoir des familles à travers des prières et une déferlante médiatiques, mais personne n’imagine la détresse des victimes.
La Nouvelle-Zélande a connu un séisme de même ampleur qu’à Haïti, mais contrairement à l’île aucune victime n’a été dénombrée. Cette différence vient de la prévention faite par la Nouvelle-Zélande de construire des habitations adaptées aux séismes. L’adaptation à de tels évènements, comme au Japon, où les infrastructures sont capables de résister aux tremblements de terre, permettrait d’éviter des pertes humaines et de reconstruire à chaque catastrophe. L’adaptation aux changements est primordiale pour tous.

Céline Tabou


Kanalreunion.com