Changement climatique

La sécheresse aggrave l’insécurité alimentaire en Afrique australe, affirme la FAO

Rapport de la FAO Perspectives de récolte et situation alimentaire

Témoignages.re / 9 mars 2016

Malgré des perspectives mondiales de récolte favorables, la faim s’amplifie dans les zones victimes de conflits intérieurs.

JPEG - 82.9 ko
La sécheresse sévit dans le Sud de Madagascar. (photo Jean-Louis Vandevivère – CC by 2.0)

Trente-quatre pays, dont 27 en Afrique, ont actuellement besoin d’une aide alimentaire du fait de la sécheresse, des inondations et des troubles civils, selon la dernière édition du rapport de la FAO Perspectives de récolte et situation alimentaire, paru aujourd’hui.

Ce nombre est passé à 34 en décembre dernier avec l’adjonction du Swaziland.

La sécheresse liée à El Niño a « fortement réduit » les perspectives de production agricole de 2016 en Afrique australe, tandis que les estimations de la récolte au Maroc et en Algérie ont été révisées à la baisse à cause des conditions de sécheresse.

Par ailleurs, dans des zones d’Amérique centrale et des Caraïbes, les semis de la campagne principale pourraient souffrir des conditions arides associées à El Niño, et ce, pour la troisième année consécutive.

Impact des guerres

En outre, en Irak, en République arabe syrienne, au Yémen, en Somalie et en République centrafricaine, le secteur agricole a payé un lourd tribut aux conflits persistants, ce qui n’a fait qu’aggraver la crise humanitaire.

Dans la plupart des cas, l’impact des conflits s’étend aux pays voisins, tels que le Cameroun et la République démocratique du Congo, qui abritent des populations de réfugiés.

Dans plusieurs pays ayant déjà besoin d’une aide alimentaire extérieure, les conditions ont généralement empiré au cours des trois derniers mois, selon le rapport publié par le Système mondial d’information et d’alerte rapide de la FAO (SMIAR), essentiellement dans la sous-région d’Afrique australe où les prix des aliments ont subi une escalade et atteint des records.

Le rapport a également mis en garde que la production réduite de l’an dernier aurait un impact négatif sur la situation de la sécurité alimentaire en République populaire démocratique de Corée, où « les apports alimentaires de la plupart des ménages ont déjà été jugés insuffisants ou limités. »

Ailleurs, les perspectives 2016 pour les cultures déjà semées -principalement des céréales d’hiver dans l’hémisphère nord- sont généralement favorables. Les premières prévisions indiquent de bonnes récoltes de blé dans la majorité des pays d’Asie.


Kanalreunion.com