Changement climatique

Le changement climatique à l’origine d’un printemps hivernal ?

Crise environnementale en Europe

Témoignages.re / 2 avril 2013

Le changement climatique pourrait être la cause du froid hivernal qui règne dans une partie de l’Europe et aux États-Unis ce printemps, selon certains climatologues. C’est ce qu’explique un reportage diffusé sur la Radio Télévision Suisse Romande.

Le printemps est là et, pourtant, une partie de l’Europe et des États-Unis brave un froid hivernal. Certains climatologues soupçonnent le changement climatique d’être à l’origine du phénomène.

Fonte de la banquise

Pour la quatrième année consécutive, des hivers particulièrement marqués avec de fortes chutes de neige en Europe et en Amérique du Nord intriguent des climatologues. Leurs soupçons se portent sur la fonte de la banquise arctique en été qui, selon eux, entraînerait de fortes modifications de la circulation atmosphérique dans l’hémisphère Nord en hiver.

En 1979, début des mesures satellitaires, la glace couvrait environ 7 millions de km carrés d’océan durant l’été. En septembre 2012, ce n’était plus que 3,4 millions de km carrés. « Le lien est de plus en plus clair, je pense, même si la science n’est pas totalement fixée à ce sujet », avance le climatologue Dim Coumou, de l’Institut Potsdam pour la recherche sur le climat, près de Berlin.

Plusieurs études publiées ces dernières années défendent aussi cette thèse.

Professeur des Sciences de la terre et de l’atmosphère de l’Université Cornell à New York, Charles Greene explique : moins il y a de banquises arctiques pour refléter les rayons du soleil, et plus la mer se réchauffe. Cela accélère à son tour la fonte de la banquise.

A l’automne, la chaleur emmagasinée est graduellement relâchée dans l’atmosphère, augmentant le taux d’humidité et la pression atmosphérique. Cela réduit d’autant la différence de température entre l’Arctique et les latitudes plus basses.

Affaiblissement du vortex polaire

Cette situation modifie alors le ballet complexe qui se joue entre la mer et l’air. En l’occurrence l’Oscillation arctique et l’Oscillation nord-atlantique qui influencent directement le temps qu’il fait en Amérique du Nord et en Europe. L’un des effets est l’affaiblissement du vortex polaire. Ce cyclone permanent situé à proximité du pôle est moins capable de retenir les masses d’air froid et humide en provenance de l’Arctique, lesquelles se déversent ainsi sur des latitudes plus basses.

« On a eu quelques hivers (en Europe) avec des épisodes froids plutôt courts, de 10 à 30 jours, durant lesquels on a constaté ce système de hautes pressions. Cela a été la même chose sur l’Amérique du Nord continentale avec des épisodes similaires et assez bizarres de froid, mais plus courts », relève Dim Coumou.

Ces hivers vont-ils pour autant devenir monnaie courante ? « Les changements qui s’opèrent sur la banquise augmentent la probabilité que l’air froid arctique s’enfonce plus au Sud », assure Charles Greene. « Mais il est moins évident de pronostiquer quelles régions vont être touchées. On ne sait pas bien encore comment ce phénomène interagit avec d’autres éléments du système climatique, comme El Niño ou La Niña », ajoute-t-il.


Kanalreunion.com