Changement climatique

Le défi de l’eau face au réchauffement climatique

Début d’année le plus chaud, canicules

Manuel Marchal / 29 juin 2015

Cette semaine, une vague de canicule est annoncée sur la France, les températures prévues vont dépasser 40 degrés. Les fortes chaleurs pourraient s’installer toute la semaine. C’est un phénomène inhabituel pour cette période. Mais avec le réchauffement climatique, l’extrême peut devenir la norme. En Inde et au Pakistan, plusieurs milliers de personnes sont mortes à cause de la canicule. La France est-elle prête ? Et La Réunion ?

JPEG - 52.6 ko

Avant de partir en mission pour Paris, Paul Vergès avait tenu mercredi dernier une conférence de presse sur le thème du changement climatique. Il avait alerté sur les conséquences de l’accélération de la fonte des glaciers des pôles. Toutes les prévisions sont bouleversées, car le niveau moyen des océans augmentera d’au moins 6 mètres. C’est la remise en cause de tous les projets d’aménagement, et l’obligation de réfléchir dès maintenant aux moyens de protéger la population qui vit sur le littoral.
Depuis le début de l’année, plusieurs faits vont encore dans le sens de l’accélération de la fonte des glaciers.

Inde, Pakistan et France

Ce sont tout d’abord les observations du NOAA, Institut des États-Unis chargé de l’étude de l’atmosphère. Il a constaté que les quatre premiers mois de l’année 2015 sont les plus chauds jamais mesurés. Il a aussi noté que le mois de mai est lui aussi le plus chaud jamais mesuré aux États-Unis. La fonte des glaces n’est pas la seule catastrophe.

Depuis le début de l’année, des vagues de chaleur ont touché plusieurs pays. En Inde, plus de 2.000 personnes sont mortes à cause de la canicule au mois de mai. En juin, c’est au tour du Sud du Pakistan d’être touché par le même phénomène. Là aussi les hôpitaux sont débordés, et plus de 1.000 morts sont à déplorer. Comme en Inde, les températures ont dépassé 40 degrés pendant plusieurs jours.

Les prévisions météo annoncent que c’est au tour de la France d’être la cible d’une vague de chaleur inhabituelle pour un mois de juin. Vendredi, il faisait déjà plus de 30 degrés à l’ombre à Paris. Mais à partir de mardi, la canicule s’installera pour quelques jours avec des températures au-dessus de 40 degrés. Pour trouver des telles températures au mois de juin en France, il faut remonter à 1952.

La ressource reste la même

C’est donc un nouveau phénomène inhabituel qui se prépare dans l’hémisphère Nord. Or, un des effets du changement climatique est justement la multiplication de ces phénomènes extrêmes. Cela pose de nouveau le problème de l’adaptation. Rappelons qu’en France, une canicule de deux semaines avait provoqué une surmortalité de 20.000 personnes.

La Réunion est également concernée par ces phénomènes extrêmes. Le réchauffement du climat peut favoriser la sécheresse. Cela pose le problème de l’eau dans notre île, car nous disposons pour 850.000 habitants de la même ressource que celle qui était disponible pour 250.000 habitants. Quand notre île aura un million d’habitants, la ressource en eau sera aussi la même, alors que le climat sera plus chaud.

Aujourd’hui, les usagers subissent souvent des coupures pour cause de pénurie. Demain ces coupures seront plus importantes si la gestion du précieux liquide n’est pas améliorée.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Réchauffement climatique ou pas , l’eau est déjà devenue un enjeu primordial pour une grande partie de l’humanité .Et la problématique de la gestion des ressources en eau pourrait embraser certaines régions du globe où elle se fait rare et doit être partagée équitablement entre plusieurs pays ,je pense notamment aux pays d’Afrique du nord et du moyen Orient qui doivent se partager un seul cours d’eau tel que le Nil ou le Jourdain et éviter de le polluer par respect pour les populations situées en aval.

    A la Réunion la situation est loin d’être aussi dramatique , et les réunionnais ne devraient pas souffrir du manque d’eau , Ils ont toute l’eau dont ils ont besoin et peuvent même envisager de l’exporter comme matière première vers d’autres régions du globe ou l’eau coûte plus cher que le pétrole .

    Néanmoins, comme la majorité de la population est installée sur la zone sous le vent où il pleut beaucoup moins , il y a déjà des populations qui souffrent de la pénurie d’eau pendant une période de l’année, notamment celles qui sont installées sur les hauteur de la région ouest et sud de l’île et il faudrait très rapidement mettre en place une gestion globale de toutes les ressources en eau de l’île pour satisfaire correctement les besoins de tout le monde .

    Actuellement , la gestion de l’eau est encore effectuée séparément par les diverses autorités concernées et sans vraiment une réelle concertation entre elles . Les collectivités locales , communes , départements et régions , travaillent chacun de leur côtés pour gérer leurs besoins en eau , l’EDF de son côté ne se soucie pas beaucoup de l’approvisionnement en eau de la population et les responsables de l’agriculture sortent leurs griffes lorsqu’il faut partager l’eau des captage construits pour les besoins agricoles .

    Il est peut être grand temps d’évoluer à ce niveau là , de réaliser une étude globale de toutes les ressources en eau qu’il s’agisse de l’eau des rivières ou des nappes phréatiques , mais également de l’eau des crues en cas de fortes pluies , qui pourrait être captée et stockée dans de grandes réserves , pour être utilisée pour l’irrigation et pour la production d’énergie électrique , ou l’industrie , et de programmer les travaux de captage et adduction qu’il faudrait réaliser .

    j’ai proposé depuis les années 1980 de réaliser une immense retenue d’eau sur le site du Grand étang à St Benoit ,pour stocker plusieurs centaines de millions de m3 d’eau provenant des crues des rivières situées à proximité , (le bras cabot, la ravine sèche ) et les utiliser pour produire de l’électricité et pour les besoins agricoles .je proposais également d’aménager un site touristique sur les bords de la retenue . Ce projet pourrait être actualisé et figurer sur la liste des grands travaux à entreprendre pour le développement de la Réunion dans les prochaines années .
    Mais ce n’est pas le seul site sur lequel on pourrait stocker de l’eau des crues , il y en a d’autres sur toutes la région ouest et dans le sud qui peuvent servir de lieu de stockage de l’eau qui tombe en abondance pendant la saison des pluies , il faudrait les recenser et programmer les travaux nécessaires. Si les réunionnais souffrent de pénurie d’eau c’est parce que ils ne font pas ce qu’il faut là où il faut pour assurer leur approvisionnement en eau .

    Il faudrait également commencer à étudier sérieusement la possibilité d’exploiter les 7,millions de litre d’eau pure qui sont jetés à la mer à la sortie de l’usine hydroélectrique de la rivière de l’Est . J’ai proposé cette idée dans un courrier des lecteurs en fin 2010, elle a été reprise à son compte récemment par Jean Paul Virapoulé , il serait temps de la concrétiser . Cette eau pourrait être donnée aux pauvres dans le cadre d’une action humanitaire ou vendue au riches qui auraient les moyens de l’acheter . 7millions de litre d’eau par seconde jetés à la mer , même à 10 centimes d’euros le litre , ça fait beaucoup d’argent jeté par jour à la mer . Il faudrait peut être envisager de lancer un appel d’offres international pour l’exploitation de cette ressource .

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • je susi arbo bio.j’ai arrosé préventivement mes arbres(pommiers, poirier) et paillé, c’est une charge de travail en plus mais ils commencent a perdre leur feuilles quand même en juin...j’ai la chance d’avoir une source mais son débit se tari, jamais vu depuis que j’y habite. Une petite rivière d’a coté est sèche aussi.L’eau c’est la vie...pour rappeler un classique.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • qu’est ce que les Etats industrialisés envisagent pour restaurer les écosystèmes endommagés

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com