Changement climatique

Le grand chantier de l’adaptation reste au point mort

5 ans après Gamède, les radiers sont toujours là

Manuel Marchal / 16 octobre 2012

Dans notre région, un cyclone s’est formé au mois d’octobre. C’est un événement inhabituel. Cela relance le débat sur la prévention des dégâts des cyclones. Le changement climatique augmente la température des océans et leur volume. La saison cyclonique devrait donc amener des cyclones plus chargés en eau. Comment s’y préparer ?

Depuis 2007 et le passage du cyclone Gamède, La Réunion n’a pas été confrontée à un épisode cyclonique majeur. Cette année-là, les dégâts ont été considérables avec l’effondrement du pont de la rivière Saint-Etienne, et des pertes humaines.

Afin d’anticiper pour empêcher de nouvelles tragédies, Paul Vergès propose la création d’un syndicat mixte impliquant l’État et les collectivités. Son objet sera l’endiguement des ravines et l’éradication des radiers. Au moment du passage de Gamède, il existe plus de 500 radiers, et une seule rivière est endiguée jusqu’à son embouchure. Ce déficit de sécurité est une menace pour la population.

Avec le changement climatique, les cyclones vont aussi évoluer. S’il n’est pas possible de dire qu’ils vont être plus ou moins fréquents, le réchauffement planétaire a un impact sur les océans. La température de l’eau est plus chaude, le volume des océans augmente, le niveau de la mer augmente. Cela favorise la formation de cyclones plus chargés en eau.

C’est dans le ruissellement que se situe le principal danger des cyclones. La menace est rappelée par la formation d’un cyclone au mois d’octobre dans notre région, un phénomène inhabituel.

Cinq ans d’immobilisme

Depuis cinq ans, rien n’a été fait pour améliorer la protection de la population. L’éradication des radiers et l’endiguement des ravines sont pourtant un grand chantier. Ces travaux pourraient créer des milliers d’emplois. Mais ils n’ont pas été lancés.

La population doit donc toujours vivre sous la menace des dégâts des crues. La presse du week-end dernier a annoncé le projet d’endiguement de la rivière des Marsouins. Souhaitons que ce chantier puisse être terminé avant qu’un cyclone intense chargé en pluie ne s’abatte sur Saint-Benoît.

Les effets du changement climatique se font plus présents, à quand l’application d’un plan réunionnais d’adaptation pour protéger la population ?

 M.M. 


Kanalreunion.com