Changement climatique

Le lac Poyang asséché par la sécheresse

Chine

C.T. / 29 janvier 2014

Le plus grand lac d’eau douce de Chine, Poyang s’étendait par le passé sur plus de 3.500 km² en surface immergée, alors que désormais seuls 200 km² étaient sous les eaux en janvier. Le lac est aujourd’hui une plaine asséchée, par les changements climatiques et la pollution.

JPEG - 98.6 ko
En 2011, il ne restait plus grand chose du lac. Ce lac était plus grand que La Réunion.

Avec la hausse des températures dues aux changements climatiques, la sécheresse a entrainé un assèchement du bassin. D’après le Nanfang Zhoumo (journal de Canton), le lac est quasiment à sec durant l’automne et l’hiver, depuis 2003. Des experts cités par l’agence de presse, Xinhua, ont expliqué que, « cet assèchement, le plus sévère depuis six décennies, est dû à un manque de précipitations dans la région du lac et en amont sur ses affluents ».

Des lacs apparaissent et disparaissent

La Chine dénombre de nombreux cours d’eau touchés par ce phénomène. D’après le rapport 2011 sur le développement et la protection du Yangtsé-kiang, 243 lacs de plus d’un kilomètre carré ont disparu ces trente dernières années en Chine. En parallèle, 60 nouveaux lacs naturels de plus d’un kilomètre carré sont apparus depuis une trentaine d’années en Chine, essentiellement en bout de glaciers. « L’augmentation du nombre et de la superficie des lacs dans la région de naissance du Yangsté-kiang est une conséquence du réchauffement climatique, qui entraîne le recul des glaciers et l’augmentation des précipitations », a expliqué au quotidien cantonnais, Wu Qinglong, chercheur à l’Institut de recherches géographiques et lacustres de Nankin.

A cet assèchement du lac s’ajoutent d’autres problèmes graves, comme la pollution avec les rejets industriels et agricoles ou encore le dragage de ses fonds sableux. Le Poyang est l’un des lacs naturels traversés par le Fleuve bleu, il a subi de plein fouet l’impact de la construction du barrage des Trois-Gorges, dans la province du Hubei. Le barrage a modifié l’hydrologie des principaux affluents et des cours d’eau en aval de la retenue, bouleversant de façon très nette l’environnement naturel des rives du cours moyen et inférieur du Yangsté-kiang.

Le barrage des Trois Gorges

Le barrage des Trois Gorges est le plus grand barrage de la planète situé à 500 km du lac Poyang. En 2011, le gouvernement a indiqué que le barrage a engendré « des problèmes à résoudre de toute urgence », car chaque année, les Trois Gorges contiennent de l’eau pour pouvoir desservir certaines régions, notamment Pékin, en saison sèche hivernale. Cela entraine une réduction du débit du Yangzi Jiang, dont est lié le Poyang.

Ye Xuchun, chercheur à l’université du Sud-Ouest de la Chine et coauteur, avec des scientifiques du Laboratoire d’étude de l’environnement de Nankin, a expliqué au journal Le Monde, que « le réglage artificiel de la retenue, qu’il est nécessaire de remplir pour maximiser sa production d’électricité, réduit le niveau d’eau du Yangzi en aval. Et que le fleuve n’assure alors plus son rôle de blocage au nord du lac ». En 2006 aura été une année très sèche, au même moment, le barrage était en pleine phase de remplissage. « Lorsque le niveau d’eau du barrage fut élevé de 15 m, pour atteindre 155 m en octobre, le lac déclina à un niveau extrêmement faible à Hukou », ont expliqué les chercheurs.

 SaiLin 


Kanalreunion.com