Changement climatique

Le sommet de Cancun prend-il le chemin de Copenhague ?

Consensus difficile sur le climat

Céline Tabou / 9 octobre 2010

Les négociations sur le climat à Tianjin (Chine), dernière étape avant le grand sommet sur le climat de Cancun fin 2010, ne sont pas à la hauteur des attentes et les négociateurs tentent de revenir sur des arguments présentés à Copenhague, a estimé mercredi 6 octobre, le négociateur américain, Jonathan Pershing.

Les négociateurs de plus de 170 pays sont réunis depuis lundi et jusqu’à samedi sous l’égide de l’ONU à Tianjin pour préparer le grand rendez-vous climat de Cancun (du 29 novembre au 10 décembre), censé éviter le désastre vécu à Copenhague, fin 2009.

Une volonté politique mais pas d’accord

Malgré la volonté politique internationale, Jonathan Pershing pense qu’aucun accord ne pourra être trouvé pour combattre efficacement le changement climatique, car les arguments mis en avant par les négociateurs sont les mêmes qu’évoqué à Copenhague. Toutefois, des décisions concrètes devraient être prises sur la lutte contre la déforestation, le transfert de technologie, le financement pour les pays pauvres à faire face aux changements climatiques, mais les discussions sur le sujet clé de la réduction des émissions ont été bloquées par les pays en voie développement.
« Ce qui est frustrant dans ces négociations, c’est de voir des pays revenir encore et toujours sur des choses que nous pensions résolues dans les négociations de Copenhague », a-t-il précisé. Alarmiste, Jonathan Pershing indique que ne pas aboutir à « un accord à Cancun aurait des conséquences dont nous devons nous inquiéter, il s’agit de quelque chose que nous devons prendre en compte sérieusement ». L’intensification des changements climatiques inquiète les scientifiques, qui pensent qu’il est temps dès aujourd’hui de mettre en place des politiques d’adaptation aux changements climatiques, et prévention des risques.

Conflit avec la Chine

Le négociateur américain, Jonathan Pershing, s’est rendu à la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), à Bangkok, le 28 septembre dernier, afin de discuter avec les représentants internationaux des conséquences du changement climatique, et des mesures à prendre.
Les deux plus grands émetteurs mondiaux de carbone se sont affrontés lors des négociations climatiques des Nations Unies en Chine, vendredi 8 octobre. Les États-Unis ont accusé la Chine de tenter de renégocier l’accord de l’an dernier sur le climat mondial, cependant, la Chine a riposté en appelant les États-Unis à revoir la négociation globale, jugée « totalement inacceptable », mais aussi « prématurée et déséquilibrée », particulièrement pour les pays en voie de développement.
Face aux réticences et à l’ampleur du sommet de Cancun à venir, Gordon Shepherd, chef de file de l’initiative du WWF climat mondial, a déclaré « il est clair que certains pays font face aux transformations nécessaires de leurs économies, mais d’autres pays n’ont pas réussi à souscrire à cette nouvelle tendance rapidement et risquent la sécurité et la prospérité de tous ». L’adaptation et la prévention aux changements climatiques deviennent urgentes, c’est un sujet que les responsables politiques internationaux commencent à prendre conscience.

Céline Tabou


Kanalreunion.com