Changement climatique

Le véritable "Accord de Copenhague" torpillé par les pays riches

La vérité sur la Conférence de Copenhague

Manuel Marchal / 22 décembre 2009

Depuis samedi, les medias font état d’un accord a minima accepté par la Conférence des Nations-Unies sur le changement climatique. Ce document est appelé "Accord de Copenhague". Il est en réalité un texte rédigé à la va-vite et sans concertation par un groupe de quelques pays, dont la Conférence a décidé de « prendre note ». C’est donc un texte sans aucune portée. Ce n’est pas le cas du véritable "Accord de Copenhague" qui était en discussion. Les pays riches ont alors décidé de torpiller un texte qui prévoyait une réduction des émissions de gaz à effet de serre comprise entre 30 et 45% d’ici 2020.

Voici les reproductions de trois textes. À gauche, les deux premiers ont été publiés très officiellement par des institutions de la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique.
Il s’agit de documents qualifiés d’"ébauche", datés du vendredi 11 décembre. Ces textes étaient le résultat d’une semaine de travail, ils devaient servir de base aux discussions de la deuxième semaine. Ils prévoyaient jusqu’à 45% de réductions des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2020, et 95% d’ici 2050. Ils reflétaient le point de vue d’une large majorité et esquissaient l’Accord de Copenhague. Ils ont été torpillés par les pays riches.

À leur place a été substitué le jour de la conclusion de la conférence un texte appelé "Copenhagen accord" (à droite) dont voici la reproduction d’une de ses versions qui a circulé entre le 18 et le 19 décembre. La base de ce texte est une réunion en misouk d’une vingtaine de pays dans la nuit de jeudi à vendredi. C’est ce document que les pays riches ont tenté de faire adopter samedi à 3h10 du matin.
Chacun peut donc voir donc tout de suite l’absence totale de légitimité du "Copenhagen accord", c’est pourtant ce dernier qui est présenté comme LE texte de la Conférence.

M.M. 


Kanalreunion.com