Changement climatique

« Les Comores subissent les impacts des pays pollueurs »

Changement climatique

Témoignages.re / 9 janvier 2012

Sur le blog de Roinaka publié sur la plate-forme Skyrock, voici un article intéressant sur les effets du changement climatique sur les Comores.

L’augmentation brusque et brutale de la température devient de plus en plus “invivable” pour bon nombre de Comoriens, qui plus est, seule une frange fortunée est équipée pour faire face à de fortes chaleurs. Les récentes études des scientifiques montrent que la température de la terre est en train d’atteindre un niveau exceptionnellement élevé depuis plusieurs milliers d’années. Aux Comores, la température maximale moyenne est passée de 30°C aux années 1990 à 33 et 34°C de nos jours.
A en croire le technicien de l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACM), le météorologue Chamsoudine Charani : « nous subissons les impacts du changement climatique global ». Il explique, en outre, que « les gaz à effets de serre que nous émettions sont négligeables en comparaison des dégâts que nous endurons ». Si la tendance actuelle se poursuivait (rejet important de gaz à effets de serre dans l’atmosphère) la température devrait ainsi continuer à augmenter au cours des années à venir. « Nous sommes des petits Etats insulaires, donc notre sensibilité et vulnérabilité est très grande », expliquent les spécialistes.
Par ailleurs, pendant cette saison chaude (de novembre à avril) la pluie devrait continuer sporadiquement à tomber sur l’ensemble du territoire. « Parmi les conséquences du réchauffement climatique, les pluies qui devraient tomber en six jours, peuvent venir d’un seul coup dans 15 à 30 jours, ce qui peut provoquer des inondations mais aussi poser un problème dans la gestion des sources d’eau douce ». C’est aussi la période des formations cycloniques.

Une réalité géographique

« Trois à quatre cyclones se sont déjà formés dans l’Océan indien mais ne se sont pas développés », dit-on à l’ANACM. Cependant, il est constaté que la Grande-île serre de barrière pour l’archipel des Comores contre les cyclones formés dans le bassin du Sud-Ouest de l’Océan Indien. « Souvent les cyclones formés touchent Madagascar et perdent de force et nous ne recevons que les influences ». Sur ce, le département météorologique de l’ANACM est en contact permanent avec le CMRS (Centre météorologique régionale spécialisés) qui est chargé de la surveillance cyclonique.
Pour Chamsoudine, il revient à l’Etat de réfléchir sur une politique d’adaptation au changement climatique : « maintenant nous devons nous préparer à faire face à des inondations éventuelles notamment dans la région de Bambao, à des sècheresses et à des températures élevées ». Conseil : boire régulièrement de l’eau, pendant la journée, est le meilleur moyen pour lutter contre la déshydratation en cette période, d’après les médecins. À cause du réchauffement planétaire actuel, plusieurs espèces végétales et animales sont forcées de migrer vers les pôles Nord et Sud à la cherche de la moindre fraicheur.

Toyb Ahmed


Kanalreunion.com