Changement climatique

Les éleveurs demandent des retenues collinaires

Alerte sécheresse dans les hauts de l’Ouest

Témoignages.re / 7 septembre 2012

Au cours d’une conférence de presse hier matin dans les hauts de Trois-Bassins par le 3e vice-président de la Chambre d’agriculture, Ghislain Gonthier et le responsable agricole, Éric Soundrom ont mis en avant les difficultés des éleveurs de l’Ouest dans le cadre de la sècheresse. Les éleveurs demandent en particulier la construction d’un réseau de retenues collinaires pour les besoins des éleveurs et la lutte contre les incendies. Toute une filière est menacée.

La sécheresse qui a sévi fin 2011 et début 2012 n’a pas permis aux éleveurs de réaliser leur stock de fourrage à la période favorable faute de pluie suffisante. Alors qu’actuellement c’est la période la plus productive de l’année en terme de potentiel fourrager et de mise à profit pour la reconstitution des stocks en prévision de l’hiver austral qui va de mai à septembre, de nombreux élevages sont en rupture de stock.
L’analyse de la situation pluviométrique et hydrique de La Réunion a été conduite par les Services de Météo France. Le bilan global de la pluviométrie du dernier trimestre 2011 et du premier trimestre 2012 reste largement déficitaire (- 25%), avec des déficits encore plus marqués sur l’Ouest et le Sud (- 50%). Le bilan pluviométrique de l’année 2012 approche les – 13%, soit la 14e année la plus sèche depuis 1970.

Plus aucun stock de fourrage

Avec l’arrivée des pluies à la 2e quinzaine de février seulement, les éleveurs ont perdu 3 coupes majeures d’herbe. Ce qui correspond à près de 4800 T de matière sèche en moins pour les éleveurs bovins viande et lait.
Cette situation est aggravée par le fait que la sécheresse se reproduit pour la 2e année consécutive. Aucun stock n’ayant pu être réalisé, les éleveurs ont utilisé en début d’hiver l’herbe récoltée tardivement pour les besoins immédiats du troupeau.
Les élevages de l’Ouest connaîtront très bientôt une situation catastrophique en raison de la rupture d’eau si des solutions urgentes ne sont pas trouvées. Cette situation difficile est aggravée par l’apparition du phénomène de givre depuis un mois.
Les éleveurs ont donc fait appel à la Chambre d’agriculture afin de constater leur problème.
Certaines retenues collinaires ne permettent plus d’abreuver les vaches et sont vides. Les prairies de fauche sont grillées et les éleveurs ont commencé à rationner leur cheptel pour faire face à une sécheresse qui dure depuis près d’un an en discontinue rendant impossible la reconstitution du stock fourrager.
Par ailleurs, les éleveurs qui font l’acquisition de bagasse pour la période de sécheresse puisent actuellement dans leur stock.
La filière animale à La Réunion, c’est la viande et le lait.

Le SDIS et les maires sollicités

525 élevages sont concernés par cette sécheresse principalement dans les Hauts de La Réunion. La zone géographique la plus frappée correspond aux trois bassins d’élevage présents sur l’île (l’Ouest, La Plaine des Cafres, Saint-Joseph). La campagne sucrière, marquée par des zones où les cannes ne pourront être récoltées, fait craindre l’absence de paille de canne pour satisfaire l’ensemble des élevages. Il y a lieu de réfléchir à l’importation de fourrage.
La Chambre d’agriculture lance un appel aux mairies et demande le réquisitionnement des moyens du SDIS pour pouvoir pallier à cette absence d’eau dans les élevages.
Il faut noter également qu’une quinzaine d’éleveurs de Trois-Bassins ont vu leur retenue collinaire réquisitionnée lors des incendies du Maïdo en octobre 2012. Ces retenues n’ont toujours pas été remises en eau alors que cela avait été promis.

Propositions de la Chambre d’agriculture

Alors qu’une réunion "sécheresse" doit se tenir ce vendredi 7 septembre 2012 à la préfecture, la Chambre d’agriculture demande des solutions d’urgence à savoir :

- Activation de l’importation de fourrage (1.850 T) afin de pallier le manque de matière sèche dans les élevages bovins, ovins et caprins.

- Mise en place d’un système de remplissage de retenue collinaire par les communes en particulier au dans l’Ouest pour les retenues collinaires qui ont servis à l’incendie du Maïdo et qui n’ont toujours pas été remplies.

- Soutien du Département à l’acquisition de retenues collinaires et de citernes d’eau pour les maraîchers et éleveurs à hauteur de 75%.

- Mise en oeuvre de retenues collinaires collectives de grande capacité qui pourraient servir lors des incendies.

- Mise en place de la mission d’expertise des calamités agricoles dans les plus brefs délais afin de déclarer La Réunion en zone de catastrophe naturelle et entamer les procédures d’indemnisation.

- Mise en place d’un revenu agricole transitoire pour les éleveurs les plus en difficulté en cette période de sécheresse.

Révision des modalités de calcul de la richesse pour les planteurs de Bassins Martin et Bérive.

Gel des dettes fiscales, sociales, fournisseurs et remboursement des emprunts.

Détaxation de la part communale sur l’eau utilisée par les agriculteurs visant à maintenir les cultures.
Convergence avec l’analyse du PCR

Une semaine après la conférence de presse du PCR alertant sur les effets de la sécheresse dans le Sud, ce sont les éleveurs de l’Ouest qui expriment l’aggravation de la situation. La filière menace de s’effondrer à cause d’un événement climatique.

C’est une crise très grave, car l’élevage et l’aménagement des hauts de l’Ouest avaient justement été soutenus pour compenser la réforme structurelle de la filière canne, et les dizaines de milliers d’emplois supprimés depuis les accords de 1969. La réussite de l’élevage est aussi une des conditions de notre autosuffisance alimentaire. Mais il a suffi de quelques années sans grands cyclones pour tout remettre en cause. Et le modèle de la filière est dans l’impasse, car il est incapable de fournir suffisamment la matière première principale : l’eau.

Une semaine après la conférence de presse du PCR, ce sont des solutions convergentes qui sont proposées par les agriculteurs. Ils revendiquent la construction de retenues collinaires capables de faire face aux besoins des éleveurs et de la lutte contre les incendies.

M.M.


Kanalreunion.com