Changement climatique

Les obstacles à une diminution des gaz à effet de serre

Rapport Climate Action Now de l’UNFCCC

Témoignages.re / 24 novembre 2015

Le rapport identifie globalement quatre domaines qui freinent la prise de mesures climatiques d’envergure.

JPEG - 49.8 ko
NRL, Nouvelle route du littoral : l’exemple de ce qu’il faut faire pour augmenter la pollution en gaz à effet de serre.

Tarification du carbone - mettre un prix adéquat sur le carbone encouragera l’investissement dans et l’utilisation de technologies et carburants sobres en émissions de carbone.

On estime que 40 juridictions nationales et plus de 20 infranationales ont déjà ou envisagent de tarifier le carbone. Le rapport exhorte davantage à suivre cet exemple.

Les subventions inefficaces - près de 550 milliards de dollars ont été dépensés en subventions aux combustibles fossiles en 2013, ce qui va à l’encontre d’investissements dans les carburants sobres en carbone et l’énergie propre
Le rapport note que le G20 et le Forum de coopération économique d’Asie-Pacifique se sont tous engagés à réduire ces subventions avec plusieurs pays en développement comme l’Angola, l’Egypte, l’Indonésie et le Maroc « profitant des faibles prix du pétrole pour réduire les subventions aux combustibles fossiles ».

Finances et de renforcement des capacités : les pays en développement ont besoin d’un soutien accru pour accéder aux technologies et financer les coûts initiaux.
Le rapport signale que des investissements supplémentaires d’une moyenne de 1000 milliards de dollars par an seront nécessaires dans le secteur de l’énergie jusqu’en 2050, « afin de rester en dessous du seuil de 2 degrés C ».

Les cadres institutionnels, réglementaires et juridiques - les institutions chargées de la mise en œuvre ou du contrôle de l’action climatique doivent disposer de ressources et de mandats adéquats, indique le rapport.

Le rapport appelle les gouvernements à renforcer les stratégies, les lois et règlements, y compris l’engagement de la société civile et des acteurs du secteur privé dans le but de catalyser l’action nationale et non étatique.

Le potentiel des acteurs non-étatiques de jouer un rôle significatif de collaboration avec les gouvernements est présenté via le portail de la Zone des Acteurs Non-étatiques pour l’Action pour le Climat (NAZCA)

Le secrétariat de la CCNUCC vient juste d’enregistrer la plus grande vague de nouvelles actions climat jusqu’ici des villes, états, régions et entreprises. Un total de 2 245 nouveaux engagements ont été récemment saisis dans le portail NAZCA, qui rassemble plus de 6 600 engagements uniques à travers le monde à ce jour, et le compteur continue de tourner.

Les plus grandes initiatives de coopération entre les gouvernements, l’ONU, les agences, les acteurs non étatiques et la société civile seront également présentées lors de la conférence climatique de l’ONU à Paris, sous l’égide du Plan d’Actions Lima-Paris


Kanalreunion.com