Changement climatique

Les Philippines dévastées par le typhon Hagupit

Un an après Haiyan, des milliers de vies sauvées grâce à une évacuation préventive

Céline Tabou / 9 décembre 2014

Alors que la conférence mondiale sur le climat se déroule à Lima au Pérou pour tenter de trouver les bases d’un accord pour réduire le réchauffement climatique, les Philippines sont de nouveau touchées par un typhon.

JPEG - 38.5 ko

Un an après avoir vu passé l’un des typhons les plus violents, des milliers de personnes ont quitté dimanche 7 décembre leurs abris d’urgence pour retrouver leurs maisons à nouveau en ruine.
Le typhon Hagupit a balayé le centre de l’archipel samedi 6 décembre dans la soirée avec des rafales à plus de 200 km/h. Maisons, poteaux électriques, ponts, une partie des routes ont été détruits par cette catastrophe naturelle.

Un an après Haiyan

« Beaucoup de maisons, surtout sur le littoral, ont été emportées par des vents violents », a déclaré à l’Agence France Presse, Stephany Uy-Tan, maire de Catbalogan, une grande ville de Samar, jointe par téléphone. « Les arbres et les lignes électriques sont couchés, les toits en tôle arrachés et il y a des inondations », a-t-elle ajouté.
Le 8 novembre 2013, les habitants ont subi de lourdes pertes suite au passage du super typhon Haiyan, qui avait dévasté la région, faisant plus de 7.350 morts et laissant plus d’un million de personnes sans abris en dur dans le centre du pays.
Contrairement à 2013, les autorités avaient pris les devants dès vendredi 5 décembre, ordonnant à des millions de Philippins de se réfugier dans des églises, des écoles et des gymnases. « Il y a un soulagement collectif. Nous étions mieux préparés. Plus de 50.000 personnes ont été accueillies dans des centres », a expliqué Jerry Yaokasin, maire adjoint de Tacloban, à l’AFP.
Les Philippines abritent 100 millions d’habitants, et subissent régulièrement des intempéries meurtrières, avec en moyenne chaque année une vingtaine de typhons. La virulence des dernières tempêtes sont dues selon les scientifiques au changement climatique.

Cyclones de plus en plus violents

Ainsi, en décembre 2012, plus de 1.900 personnes avaient trouvé la mort ou avaient été portées disparues lorsque le typhon Bopha avait frappé l’île méridionale de Mindanao. En décembre 2011, 1.268 personnes avaient été tuées lorsque la tempête tropicale Washi provoquant d’importantes inondations, également à Mindanao.
Ces trois typhons – Haiyan, Bopha et Washi – ont été les plus violents au cours des trois dernières années dans l’Histoire des Philippines. Pourtant, « malgré un nouveau typhon aux Philippines, malgré 2014 qui est partie pour être l’année la plus chaude jamais enregistrée, le sentiment d’urgence ne parvient pas jusqu’ici », a regretté Alix Mazounie du collectif d’ONG françaises Réseau action climat (RAC).


Kanalreunion.com