Changement climatique

Les PMA souhaitent qu’Obama confirme l’engagement sur le changement climatique

Lettre ouverte au président des Etats-Unis

Témoignages.re / 6 juin 2014

Le succès des prochaines négociations mondiales sur le changement climatique, prévues à Lima au Pérou en 2014 et à Paris en France en 2015, dépendra de la participation dynamique et précoce des Présidents et Premiers ministres au processus, selon le ministre gambien de l’Environnement, du Changement Climatique, des Ressources Hydriques, des Parcs et de la Nature, Pa Ousman Jarju.

JPEG - 118.3 ko
Au Kenya, les agricultrices engagées dans la lutte contre le changement climatique.

« Une des raisons de l’échec de la conférence de Copenhague en 2009 était que les Présidents et les Premiers ministres ne s’étaient engagés qu’à la dernière minute », a déclaré M. Jarju dans une lettre ouverte adressée au Président américain, Barack Obama, au nom des Pays les Moins Avancés (Pma), qui souffrent déjà des impacts dévastateurs du changement climatique.

En tant qu’ex-président du groupe des PMA aux négociations sur le changement climatique et ex-Emissaire spécial de ce groupe, M. Jarju s’est félicité de l’initiave de M. Obama sur les émissions de gaz à effet de serre produites par les centrales à charbon, annoncée cette semaine.
« Cette mesure était attendue depuis longtemps et c’est une étape importante pour rapprocher les Etats-Unis des actions du reste du monde, y compris des pays développés et en développement », a déclaré le ministre dans une lettre.

En soulignant que 2014 était l’année des ambitions sur le changement climatique, M. Jarju a indiqué que la 20ème Conférence des Parties à Lima était l’avant-dernière Cop avant l’adoption de l’Accord de 2015.
« M. le Président, votre héritage aux Etats-Unis et au reste du monde sera marqué par le niveau d’engagement dont vous ferez preuve au cours des prochains mois », a-t-il poursuivi, en demandant à M. Obama d’accepter l’invitation du Secrétaire général des Nations unies au Sommet spécial sur le Climat de New York le 23 septembre et de s’engager activement dans le processus.

« La recherche montre que ces hausses de température seront liées à un accroissement de la pauvreté dans le monde, ce qui rendra encore plus difficile de se remettre des catastrophes climatiques », a souligné M. Jarju. « Ces deux phénomènes vont remettre en question des décennies d’efforts de développement humain et créer de nouveaux risques pour la sécurité du monde ».

M. Jarju a attiré l’attention du Président Obama sur les conséquences dévastatrices à long terme du changement climatique sur les pays sous-développés, en déclarant : « Les PMA subissent également les impacts dévastateurs de ce phénomène sur l’agriculture, l’approvisionnement en eau et les plaines inondables ».

Depuis 1980, plus de la moitié des décès liés aux catastrophes climatiques, sont survenus dans ces pays. Cependant, l’ensemble de la contribution au changement climatique de tous les Pma, qui représentent 12 pour cent de la population mondiale, est de moins d’un pour cent des émissions totales de gaz à effet de serre.

« Ces impacts asymétriques nécessitent que les priorités des PMA soient au centre des décisions et actions actuelles. En tant que les plus pauvres et les plus vulnérables au changement climatique, nous en subissons les impacts de plein fouet », a noté M. Jarju.


Kanalreunion.com