Changement climatique

Où en est l’aide européenne ?

Plus d’un mois après Bejisa

Céline Tabou / 15 février 2014

Alors que le Premier ministre David Cameron a demandé l’aide financière de l’Union européenne en raison des intempéries qui s’abattent sur le Royaume-Uni. A La Réunion, l’attente continue après la demande du député Younous Omarjee, de cette aide européenne pour faire face aux dégâts laissés par Béjisa.

Le Premier ministre britannique, David Cameron, a réaffirmé sa volonté de chercher « à obtenir de l’aide de la part de l’Union européenne », parce que « l’argent que je cherche à obtenir pour les agriculteurs britanniques vient du budget de l’UE », a précisé le Premier ministre.

Pendant que le Premier ministre, contesté à Bruxelles, a demandé l’aide européenne, celle faite pour La Réunion, après le passage de Béjisa reste lettre morte. Prévenu 2 jours après le cyclone par le député de l’Alliance des Outre-mer du recours possible au Fonds d’urgence, le gouvernement n’a pas encore fait la demande.

Younous Omarjee avait demandé « qu’une évaluation et un chiffrage précis des dégâts soient réalisés pour pouvoir, le cas échéant et si les conditions sont réunies, demander à ce que le Fonds de Solidarité de l’Union Européenne (FSUE) soit débloqué pour La Réunion ».

Ce fond a été mis en place pour faire face aux grandes catastrophes naturelles et ainsi exprimer la solidarité de l’UE à l’égard des régions sinistrées. La Réunion, département français et Région Ultra Périphérique, peut bénéficier de cette aide.
D’autant plus que les critères fixés par le FSUE permettent cette attribution : « le Fonds peut intervenir en cas de catastrophe régionale d’une extrême gravité touchant la majorité de la population de la région et entraînant des répercussions graves et durables sur sa stabilité économique et les conditions de vie ».


Kanalreunion.com