Changement climatique

Pour un nouveau traité sur le changement climatique

Sommet de l’association des parlementaires du Commonwealth

Témoignages.re / 15 septembre 2010

Le président kenyan, Mwai Kibaki, a exhorté mardi à Nairobi les parlementaires des 54 pays du Commonwealth à faire pression sur leurs gouvernements respectifs afin qu’ils se penchent d’urgence sur la signature d’un nouveau traité sur le changement climatique pour remplacer le Protocole de Kyoto qui expire en 2012.

« Nous devons agir avec responsabilité pour sauver nos peuples. J’exhorte nos Parlements à faire pression sur leurs gouvernements pour réduire leurs émissions de carbone », a déclaré le président du Kenya.
S’exprimant lors de la cérémonie d’ouverture du 56ème sommet de l’Association des parlementaires du Commonwealth (CPA), le président Kibaki a estimé que le sommet de Copenhague de décembre 2009 sur le changement climatique était « inutile ».
« Le changement climatique continue de menacer notre environnement. La conférence du Danemark fut peine perdue », a-t-il dit.
Selon le président Kibaki, le monde ne peut traiter les effets du changement climatique sans en étudier les causes majeures, notamment la consommation croissante d’énergies fossiles, dont le pétrole et le gaz naturel.
« Les discussions sur le changement climatique doivent aussi aborder les défis liés à notre consommation d’énergies fossiles », a-t-il ajouté.
Selon le président kenyan, le nouveau traité devant remplacer le Protocole de Kyoto doit être approuvé rapidement pour sauver la planète, suggérant des investissements accrus dans les énergies renouvelables.
Le président Kibaki fait partie d’un groupe de 10 dirigeants africains membres du Comité de l’Union africaine (UA) qui représentent le continent aux négociations pour un nouveau traité sur le climat.


Kanalreunion.com