Changement climatique

Réchauffement climatique : un iceberg de 660 kilomètres carrés détaché de l’Antarctique

Le quart de la superficie de La Réunion dérive dans les mers du Sud

Témoignages.re / 25 avril 2014

Des scientifiques suivent attentivement depuis mardi la présence d’un immense iceberg dans les mers du Sud. D’une superficie de 660 kilomètres carrés, et avec un point culminant à 500 mètres au-dessus du niveau de la mer, il s’est détaché depuis 5 mois d’un glacier de l’Antarctique. Sa fonte va alimenter la montée du niveau de la mer.

JPEG - 82.4 ko

Un iceberg de 660 kilomètres carrés, d’une hauteur de 500 mètres. C’est l’équivalent du quart de La Réunion en glace qui dérive dans l’océan et est en train de fondre progressivement. Cela alimente la montée du niveau de la mer.

Connu sous le nom de B31, cet iceberg s’est séparé du glacier de l’île Pine dans l’Antarctique en novembre dernier. Pour les scientifiques de la NASA, c’est un des plus gros icebergs jamais observés. Ce qui fait sa singularité, c’est qu’il est remonté vers le Nord. Pour le moment, il est encore dans une région où les bateaux sont rares.

La NASA le compare à un immense gâteau de glace flottant dans les mers du Sud.

La faille qui est à son origine date de 2011. Le glacier de l’île de Pine est étudier de près depuis plus de 20 ans, car il fond rapidement et il est un contributeur important à la montée du niveau de la mer.


Kanalreunion.com