Changement climatique

Records de température en France

Environnement

Céline Tabou / 12 mars 2014

Paris a atteint son record, dimanche 9 mars, avec des températures de 20,7 et de 21,2 degrés au cours des dix premiers jours du mois de mars, a annoncé à l’Agence France Presse, Jérôme Lecou, prévisionniste à Météo-France.

JPEG - 66.8 ko
En France, les températures sont entre 5 et 10 degrés plus élevées qu’habituellement à pareille saison.

Qualifiée de « vague de douceur inhabituelle pour la saison », ces températures très douces se sont traduites par 19,5° à Lille contre 17° en 1997, 22,2° à Orléans (20,3° en 1948), 21,4° à Tours (21,4° en 1981) et 19,8° à Cherbourg (16,4° en 1997). Une bonne partie des records du nord de la France ont été battu, ces derniers jours.

Un épisode « remarquable »

Même constat dans la moitié sud du pays, avec des températures maximales historiques pour un mois de mars de 21° degrés à La Rochelle, 22,2° à Limoges, 21,5° à Montauban et 24° à Biarritz. Pour le prévisionniste de Météo-France, « ce sont des températures clairement printanières, du mois de mai, et cela vient prolonger l’hiver remarquable que l’on a eu ». En effet, des épisode neigeux intenses et des pluies diluviennes ont paralysé de nombreux départements.

Normalement, en mars, les températures avoisinent entre 12 et 13 degrés au nord et entre 13 et 15 degrés au sud. Il s’agit donc là d’un épisode « remarquable » ou exceptionnel « dès que l’on est 9 ou 10 degrés au dessus des normales saisonnières » a-t-il indiqué.

De son côté, Stéphane Nedeljkovitch, prévisionniste à MeteoNews, le parallèle avec mars 2007 est « troublant », car il y a une « ressemblance avec l’hiver et le printemps 2007, quand nous avions, déjà, égalé les records de 1880 ». Ce dernier a expliqué au Nouvel Observateur que « les températures sont très uniformes. Sur toute la France il fait entre cinq et dix degrés de plus que les températures normales de saison ».

Le changement climatique

Stéphane Nedeljkovitch a d’ailleurs supposé que cette « vague de douceur » est révélatrice des changements climatiques. Cependant, « nous n’avons pas suffisamment de recul à cette heure, mais il est très probable que ces températures soient le signe du réchauffement climatique », a-t-il indiqué. Ajoutant que « c’est la première fois depuis que l’homme les mesure, que les températures sont si chaudes et si semblables à sept ans d’intervalle ».

Le prévisionniste a indiqué qu’il « faudra attendre pour le savoir » car « cela ne fait que 20 ans que l’homme étudie les changements de la machine climatique. Ce que l’on sait, c’est que les courants maritimes régulent les températures ».

Cette situation intervient à moins de 18 mois de la Conférence Internationale de Paris sur le Climat en 2015. Une conférence qui sera marquée par les hausses des températures relayées par les médias au cours des deux dernières années, et les récents rapports alarmistes démontrant l’aggravation de la situation climatique, si aucune politique commune n’est engagée rapidement.

 Céline Tabou  


Kanalreunion.com