Changement climatique

Recul du littoral français

Les activités vont s’éloigner du rivage

Céline Tabou / 6 septembre 2014

La France devra redessiner son littoral aquitain, touché par l’érosion et la hausse du niveau de la mer. Le littoral du pays ronge les côtes françaises entraînant l’effondrement de falaises de près de 45 mètres dans certains endroits.

Mercredi 3 septembre, France 2 a consacré un reportage sur « la France grignotée » par des phénomènes naturels dus au réchauffement climatique. Dès février 2014, l’Observatoire de la Côte Aquitaine avait annoncé le recul de 10 mètres ou plus du littoral la suite des tempêtes et houles de fin décembre-début janvier.

Un quart du littoral rongé

Un quart du littoral aquitain, soit 1.700 km de côte, est rongé par la mer. Une situation alarmante pour les scientifiques qui assurent que ces phénomènes naturels vont s’aggraver avec le réchauffement climatique et la hausse du niveau de la mer. Pour l’Observatoire de la Côte Aquitaine, « l’ensemble de la côte sableuse aquitaine a été fortement érodé » après les dépressions des 23-27 décembre 2013 et 3-7 janvier 2014 et des fortes houles sur la période.
Les experts mettent en cause le nombre important de vagues atteignant au moins 4 mètres de haut, mais aussi les actes humains. Parmi les départements les plus touchés, la Gironde a vu ses plages disparaître. « Les plages se sont fortement abaissées et aplanies, limitant ainsi leur résistance aux assauts de l’océan. Cette fragilité est renforcée par la disparition temporaire des barres sableuses » de marnage », a indiqué le rapport.
Pierre Pannet, géologue au bureau de recherche géologique et minière, a expliqué sur France2 que « nous sommes incapables de dire quand ça va tomber, mais on sait que c’est pour très bientôt. C’est pour cela qu’il faut prendre toutes les mesures nécessaires à la protection de la population », vivant en pied de falaise.
D’autant plus, que « l’érosion est un phénomène naturel millénaire qui s’est aggravé ces dernières décennies en raison des activités humaines », a expliqué Sébastien Colas, de l’Observatoire du littoral et de la mer au quotidien Le Monde. Ainsi les constructions sur le littoral, comme les ports, digues ou épis, « bloquent les mouvements des sédiments mobiles portés par les courants marins, tandis que les barrages sur les fleuves empêchent les sédiments d’arriver en mer. Au final, la mer gagne sur les plages de sable et sur les falaises calcaires », a expliqué ce dernier.

Que va-t-il se passer à La Réunion ?

Des habitants, dont certaines habitations ont été détruites par prévention par certaines communes aquitaines, car le littoral recul de 60 cm par an. Ainsi l’érosion observée actuellement est trois fois plus rapide qu’il y a 20 ans, due en grande partie à des causes humaines, comme la construction de digue. Cette digue a été construite en pied de falaise pour retenir les galets et devrait être la cause d’un effondrement de la falaise prochainement.

Les digues envisagées à La Réunion laisse présager un scénario similaire à celui de la côte aquitaine. En effet, la construction de digues pour la nouvelle route du littoral devraient fragiliser le littoral nordiste, déjà attaqué par la route actuelle. En plus de l’action humaine, l’érosion et la houle fragilisent la côte réunionnaise.

L’effondrement d’un commerce à Saint-Paul a mis en évidence la dangerosité de ces phénomènes naturels, qui devront être anticipés pour éviter la destruction des habitations et infrastructures proches du littoral.
Dans l’Aquitaine, les observateurs, tel que Arnaud Gueguen, ingénieur du groupement d’intérêt public du littoral aquitain, avaient prévu ce recul pour les années 2040. « Les observations d’aujourd’hui sont celles faites pour 2040 », a expliqué l’ingénieur. Raison pour laquelle, certaines municipalités ont décidé de relocaliser les habitations et commerces du front de mer vers l’intérieur du pays.


Kanalreunion.com