Changement climatique

Renforcer les capacités des pays de la COI dans le domaine de l’adaptation au changement climatique

Conférences sur le changement climatique

Témoignages.re / 24 octobre 2009

Sous l’égide de la COI, plusieurs Conférences sur le changement climatique du Projet de Renforcement des capacités de la COI et des États membres de la COI dans le domaine de l’Adaptation au Changement Climatique (ACClimate), se sont tenues cette semaine avec la conférencière Sylvie Joussaume.
Elles mettent en avant la question de l’adaptation au changement climatique, qui constitue un des trois grands défis que nous aurons à relever.
Les 3 premières conférences se sont tenues le 19 octobre à la Résidence de l’Ambassadeur, Floréal, le 22 octobre au Lycée Français La Bourdonnais – Cure Pipe et hier 23 octobre au Centre Culturel Charles Baudelaire, Rose Hill. Le 4ème se tiendra lundi ce 26 octobre à l’Université de Maurice – Réduit.

Le Projet ACClimate est un projet régional mis en œuvre par la Commission de l’Océan Indien pour une durée de 3 ans (2008-2011) ; le premier de ce type dans la région. Ce Projet est financé par la COI dans le cadre du programme de gestion des zones côtières (UE - PIR 9ème FED) pour un montant de 1 million 935.000 euros, le Fonds français pour l’environnement mondial (FFEM, 1 million d’euros), le ministère des Affaires étrangères (495.000 euros) et la Région Réunion (215.000 euros). Destiné au renforcement des capacités de la COI et des pays de la COI dans le domaine de l’adaptation au changement climatique, sa finalité est l’intégration de l’adaptation dans les secteurs impliqués par le CC et l’établissement d’une coopération régionale effective en la matière entre ces pays.

La mise en place d’ACClimate répond à plusieurs constats : les littoraux des pays de la COI concentrent une population croissante, tandis que s’y localisent leurs principales infrastructures économiques, de transport et de développement urbain, et une biodiversité insulaire spécifique. Ainsi exposés aux effets attendus du changement climatique (augmentation des températures, plus de variabilité dans les précipitations sinon raréfaction de celles-ci, hausse du niveau de la mer, risques accrus de cyclones), ces pays risquent de ne pas atteindre les Objectifs de développement du millénaire (OMD) et pourraient avoir à subir un accroissement des inégalités. Paradoxalement, la région de l’océan Indien occidental n’a jamais connu d’études spécifiques approfondies sur les modalités du changement climatique. Pourtant, d’un côté, il y a une demande forte et partagée par la grande majorité des acteurs nationaux de la région pour une caractérisation des tendances et évolutions futures du climat régional et, d’un autre côté, une mobilisation internationale dans la lutte contre le changement climatique.

La démarche d’ACClimate comprend 3 étapes qui se succèderont d’ici à 2011 :
1) définir scientifiquement ce qui se passe (s’est passé) en termes météorologique et climatologique dans la région pour une période ± 50 ans (1950/2050) ;
2) identifier les vulnérabilités et les risques qui vont en découler pour la région ;
3) intégrer l’ensemble de ces informations dans une stratégie régionale pour l’adaptation au changement climatique.
En parallèle, ACClimate mettra l’accent sur la formation, l’information l’éducation et la communication (IEC) car ces domaines sont interdépendants. Ils permettront de rendre durable ses objectifs de renforcement et vont devenir de plus en plus déterminants dans le succès de la lutte contre le changement climatique.

Sensibiliser populations, chefs d’entreprises et décideurs au changement climatique

Ces conférences font parties des actions IEC d’ACClimate. Elles permettent au Projet de ne pas se limiter à des actions en direction de spécialistes et de provoquer l’intéressement des populations au problème du changement climatique, car ce sont ces populations qui principalement sont concernées par ce dernier. Elles sont aussi un moyen pour dynamiser et supporter la mise en place de formations diplômantes, spécialisées et qualifiantes, qu’a entrepris le Projet avec le support du Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France et de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF).

Chaque conférence dure 40 minutes et sera suivie de questions/débat.
La conférence du 19 octobre, organisée avec l’Ambassade de France dans le cadre de son programme culturel "trait d’union", a traité du cadre politique de l’adaptation au changement climatique : "Les changements climatiques : des politiques pour demain ?".
Les conférences des 22, 23 et 26 octobre, organisées respectivement avec le Lycée français La Bourdonnais, le Centre Culturel français Charles Baudelaire et l’Université de Maurice/le Service mauricien de la Météorologie, traiteront de manière plus générale de l’importance de l’adaptation au changement climatique dans les îles de l’océan Indien.

Atelier ETCCDI (Homogénéisation de données climatiques régionales et détermination d’indices de changement climatique)

Organisé et financé par le projet ACClimate, en partenariat avec le service Météorologique Mauricien (MMS), un atelier sur l’Homogénéisation de données climatiques régionales et détermination d’indices de changement climatique a eu lieu du 19 au 23 octobre 2009 au Centre de formation météorologique de Maurice – service mauricien de la Météorologie (MMS), avec la participation de 10 météorologues en provenance des États membres de la COI et 2 spécialistes internationaux du changement climatique.

L’atelier ETCCDI sera le premier exercice organisé par les pays de la COI pour définir scientifiquement les tendances climatiques régionales
Les ateliers du groupe d’expert sur les indices de détection du changement climatique ou ETCCDI (Expert Team on Climat Change Detection Indices) sont des ateliers placés sous l’égide de l’Organisation Météorologique Mondiale (CCL/CLIVAR/JCOMM).

Depuis 2002, l’ETCCDI a organisé dans différentes régions du monde plusieurs ateliers régionaux sur les indices du changement climatique : Afrique australe et centrale, Amérique du Sud méridionale, Moyen-Orient, Amérique centrale et partie Nord de l’Amérique du Sud, Asie Sud-Centrale, et Caraïbes. Chacun de ces ateliers a contribué à faire progresser les connaissances sur la façon dont les extrêmes climatiques sont en train de changer dans différentes régions du monde et ils ont donné lieu à des articles scientifiques, rédigés collectivement par les participants aux ateliers. Cependant, malgré leur intérêt évident, aucun atelier de ce type n’avait encore été organisé dans l’océan Indien. Les concepteurs du Projet ACClimate en ont donc fait une priorité et, dès sa prise de fonction, l’équipe Projet s’est attachée à son organisation.

L’atelier qui s’est tenu au MMS de Vacoas représente un premier exercice régional pour définir scientifiquement ce qui s’est passé et se passe en termes climatiques. Il a exploré différentes variables météorologiques des 30-50 dernières années et tenté de déterminer des tendances climatiques régionales. Cet atelier a compris également une formation aux logiciels destinés au contrôle de qualité des données, à l’évaluation de leur homogénéité et au calcul des indices climatiques extrêmes, une comparaison des méthodes de l’ETCCDI, de la Météo Malgache, celles de Maurice et de La Réunion, des discussions sur l’opportunité et la faisabilité de la constitution d’une base de données climatiques régionale, et la participation des pays de la COI à des ateliers régionaux de prévision climatologique du type SARCOF.

L’atelier a contribué à la création d’un groupe d’experts régionaux “climat”. Les résultats de cet atelier seront d’une certaine façon “labellisés” dans le cadre du programme CLIVAR. Ils serviront à établir une base “scientifique” pour la mise en place des activités à venir du projet ACClimate.


Kanalreunion.com