Changement climatique

Situation explosive à cause du climat

Dans l’agriculture

Manuel Marchal / 14 octobre 2013

Dans sa conférence de presse d’hier, la CGPER a décrit les conséquences d’événements climatiques extrêmes sur les agriculteurs à La Réunion. En Inde, un million de personnes ont dû être évacuées à cause d’un cyclone. Les Philippines subissent des trombes d’eau et l’Australie connaît des températures supérieures à 40 degrés plusieurs mois avant l’été. La situation est explosive.

JPEG - 76.2 ko
Sur cette image prise depuis un satellite apparaissent les trois cyclones qui touchent en ce moment l’Asie. De gauche à droite : l’Inde, le Vietnam et les Philippines.

Au début de l’année, notre île a connu le passage de deux cyclones. 10 mois après, les agriculteurs n’ont toujours pas reçu d’indemnisation. Quant aux éleveurs victimes de la sécheresse en 2012, ils attendent toujours, a déclaré hier Jean-Yves Minatchy, président de la CGPER.

La semaine dernière, une importante manifestation de maraîchers est venue demander des éclaircissements sur les raisons de ce retard. À cause de la succession de ces événements climatiques extrêmes, ces agriculteurs sont pris à la gorge, ils n’ont plus de trésorerie.

La CGPER alerte aussi sur une sécheresse sans précédent dans le Nord et l’Est, autrement dit les rendements vont chuter. Toute l’île est touchée, et depuis le début de la coupe, pas un grain de pluie. Cela aura des conséquences sur la prochaine campagne, prévoit la CGPER. Victorin Lurel doit venir à la fin de la semaine, la CGPER le prévient : « c’est le moment ou jamais que le ministre annonce quelque chose, sinon ça va exploser ».

L’État est donc interpellé pour régler un problème qui relève de la solidarité nationale face à des catastrophes naturelles. La sécheresse 2013 aura sans doute un fort impact sur la campagne sucrière, avec des pertes financières conséquentes à cause du manque d’eau.

Cette situation ne doit pas faire oublier à La Réunion qu’elle peut être touchée par un cyclone. L’Asie est actuellement touchée par trois cyclones qui se suivent. C’est un phénomène qui n’est pas courant. Le premier, Phaillin, a violemment touché la côte Est de l’Inde, avec des vents à plus de 240 kilomètres par heure. 14 victimes sont à déplorer. Prévenu suffisamment à l’avance, le gouvernement a pu organiser en un temps record l’évacuation d’un million de personnes. Mais les dégâts seront considérables.

Les Philippines sont aussi sous des trombes d’eau, tandis qu’un typhon n’est pas loin du Vietnam. Tous ces événements donnent lieu à des scènes de dévastation. Ils nous éclairent sur les dégâts que notre île aurait à subir face à un tel météore.

En Australie, ce sont des températures caniculaires. La semaine dernière, le thermomètre a dépassé 45 degrés à Sydney. Et pourtant là-bas, c’est normalement le printemps. Dans les champs, il faut s’attendre à une baisse des rendements. Les plantes ne sont pas habituées à une telle température, surtout à ce moment de l’année. C’est encore un phénomène extrême. Il amène à se demander quelles seraient les conséquences pour notre île d’un tel phénomène.

À La Réunion, l’agriculture est déjà fragilisée par plusieurs années de conditions climatiques difficiles. Cyclone ou accentuation de la sécheresse pourraient bien rendre la situation explosive.

M.M.


Kanalreunion.com