Changement climatique

Tempête meurtrière au Mexique

Saison cyclonique dans l’hémisphère Nord

Céline Tabou / 4 juillet 2011

Pour la seconde année consécutive, le Mexique est de nouveau touché par une catastrophe naturelle très grave. La tempête tropicale Arlene a fait au moins 11 morts et près de 300.000 sans-abris, selon les déclarations faites hier par les autorités.

Il s’agit de la première tempête tropicale de la saison dans l’Atlantique Nord, celle-ci a déversé des torrents de pluies depuis jeudi 30 juin. Elle frappe durement le Mexique. La plus grande partie du pays a été balayée par de violentes bourrasques, notamment à Mexico ainsi que la station balnéaire d’Acapulco, sur le Pacifique. L’an dernier, le Mexique avait connu sa pire saison des pluies, faisant 125 morts, 1 million de sinistrés et des pertes à hauteur de 4 milliards de dollars.
Le quotidien mexicain “El Excelsior” titrait sur la mort de 9 personnes en 48 heures dans les villes de Mexico, Tamaulipas, San Luis. La tempête a quitté le pays, mais le service national de la protection civile (SINAPROC) a averti que dans les prochains jours, d’importantes pluies devraient s’abattre à nouveau dans la plupart des régions du pays, en raison de la prise d’air tropical avec une haute teneur en humidité.
Les services météorologiques mexicains ont indiqué qu’au moins une douzaine de régions dans le centre et le Nord du pays étaient encore en état d’alerte en raison de « pluies violentes et occasionnellement torrentielles » suite au passage d’Arlene.

Le réchauffement climatique

Le réchauffement climatique, via l’augmentation des températures, s’est accéléré ces dernières années, et la plupart des scientifiques, cités par “Actualités Environnement”, pensent que l’utilisation des énergies fossiles est responsable de cette accélération. La construction massive de grandes infrastructures, la pollution et la destruction de la côte ont conduit le Mexique à faire face à des conséquences de plus en plus dramatiques, suite aux différentes catastrophes qui touchent le pays.
A l’instar du Mexique, La Réunion subit les changements climatiques et les activités humaines entrainant d’importantes inondations et glissements de terrain. Le mois dernier est un exemple parmi tant d’autres des conséquences du changement climatique sur l’île.
Avec une activité économique partiellement paralysée par les pluies diluviennes qui se sont abattues, les Réunionnais ont dû faire face aux glissements de terrain, inondations, routes barrées. De telles situations pourraient perdurer si une politique environnement et d’aménagement territorial n’est pas vite mise en place pour éviter des milliers de morts et la destruction des infrastructures inadaptées.

Céline Tabou


Kanalreunion.com