Changement climatique

Un million d’arbres pour atténuer le réchauffement climatique

Nous sommes capables d’apporter notre contribution à la résolution d’un problème mondial

Manuel Marchal / 11 janvier 2012

12 milliards d’arbres plantés depuis en 5 ans, la Campagne pour un milliard d’arbres du Programme des Nations Unies pour l’Environnement a dépassé l’objectif fixé. Dans notre île aussi, des campagnes de plantation ont été lancées. Au cours des 40 dernières années, ce sont plus d’un million d’arbres qui sont sortis de terre grâce à une politique de développement durable dirigée par Paul Vergès.

Quand les premiers navigateurs ont abordé La Réunion, notre pays était recouvert par une grande forêt. Quelques siècles plus tard, les activités humaines ont diminué considérablement la superficie boisée, en particulier dans les Bas.
C’est pourtant de la région la plus aride et la moins boisée du pays qu’est partie la première campagne de reboisement : la plaine de Galets. En 1971, Paul Vergès est élu maire de la commune du Port, située en totalité sur la plaine des Galets. Quelques mois après l’élection est prise une délibération : la ville se développera selon un schéma directeur. C’est à partir de ce vote que s’organise un plan destiné à améliorer le cadre de vie de la population.
Des arbres seront plantés, un parc créé, ce qui permettra de créer les conditions pour faire baisser la température de plus d’un degré.

En phase avec les préoccupations du monde

Dans cette bataille, La Réunion se trouve pleinement en phase avec les préoccupations du monde. C’est en effet en 1972 que s’est déroulé le premier Sommet de la Terre à Stockholm. Cette conférence décida la création du Programme des Nations unies pour l’Environnement (PNUE).
La commune se dote d’une pépinière, et la population est pleinement associée au plan de reboisement. Chacun est invité à planter son arbre. Le parc Laurent Vergès prend son visage actuel, un grand espace vert non clôturé où il est possible d’aller toucher l’arbre que l’on a planté.
Depuis 1971, ce sont ainsi 500.000 arbres qui ont été plantés là où il n’y avait un siècle plus tôt que des galets et de la savane.
L’élection de Paul Vergès à la présidence de la Région allait permettre de donner une importance plus grande au plan de reboisement. Pour répondre aux besoins de développement de l’Ouest et du Sud, il est nécessaire de créer une nouvelle route entre Saint-Paul et l’Etang Salé. Les Réunionnais arrivent à imposer à l’État une route en moyenne altitude. Au lieu de s’appeler l’autoroute des Hauts de l’Ouest ou la route en Balcons, la Région Réunion décide de lui donner le nom de route des Tamarins. Ce choix est là pour rappeler que dans le secteur traversé par la route se dressaient auparavant de nombreux tamarins, et autres arbres endémiques.

Réparons des siècles de destruction

Le 9 janvier 2009, alors que les travaux de la route n’étaient pas encore finis, Paul Vergès lançait l’opération de reboisement de l’Ouest : 550.000 arbres plantés autour de la route des Tamarins. Un tamarin et un bois de fer ont été les premiers à être mis en terre, à quelques mètres du pont enjambant la ravine de La Saline, quelques centaines de mètres avant la station-service côté mer.
Ce jour-là, Paul Vergès souligna que le reboisement de la route des Tamarins a pour finalité de redonner à cette partie de l’île sa couverture végétale originelle, telle que découverte par les premiers navigateurs.
Par la suite et comme au Port quelques années plus tôt, les jeunes viennent par milliers pour planter chacun un arbre sur plusieurs sites à proximité de la route.
Au Port et autour de la route des Tamarins, ce sont donc plus d’un million d’arbres qui ont été plantés. C’est une participation de La Réunion à la résolution d’un problème mondial. Car un arbre absorbera du CO2 tout au long de sa vie, il contribuera ainsi à atténuer les effets du changement climatique.

Manuel Marchal


Kanalreunion.com