Changement climatique

Vers un abandon du littoral anglais ?

Succession de tempêtes

Céline Tabou / 18 février 2014

Suite aux intempéries qui s’abattent sur le Royaume Uni depuis quelques semaines, l’Agence pour l’environnement britannique se pose la question si il ne faut pas abandonner le littoral, endommagé par les raz de marrée.

Paul Leinster, directeur général de l’Agence pour l’Environnement, en charge de la protection du littoral, a expliqué du quotidien The Telegraph, qu’une bonne partie de la campagne britannique était encore sous l’eau et que le risque serait de l’abandonner « pour toujours parce que ce n’était pas la peine de mettre en place des dispositifs contre les inondations. »

L’Agence pour l’environnement est actuellement en négociations avec plusieurs organismes, afin de savoir si conserver ou non le littoral. « Nous allons réfléchir au rétablissement de certains dispositifs de défenses ou si nous allons permettre à l’eau qui a maintenant franchi de rester », a déclaré Paul Leinster.

Face aux dégradations, le directeur de l’Agence pour l’environnement a expliqué devant la chambre des députés, que « certains endroits sur la côte nord de Norfolk et dans le Suffolk ont vu leurs murs de protection être franchi par les eaux. La question qui se pose à nous est de savoir si l’on rétablit les défenses, permettant à l’habitat d’eau douce de circuler, ou si nous laissons les cours d’eau s’établir ? Ce sont de grandes questions ».
L’agence est en train d’élaborer un rapport sur l’avenir de la région, qui sera examiné par les autorités prochainement. Paul Leinster a précisé que les retenues côtières actuelles ont été conçues pour protéger un littoral dans le cas d’une inondation records tous les 200 ans inondation.

Pour l’agence, le but est d’assurer que « la propriété et les gens sont protégés. Nous avons réalisé tous les travaux d’urgence que nous devions faire et nous avons pris des mesures temporaires dans certains endroits, où nous avons eu besoin de protéger les personnes et les biens ».

Pour les militants écologistes, perdre un environnement d’eau douce serait néfaste pour les oiseaux qui affluent chaque année pour se reproduire et attirent des milliers de touristes. Ces derniers ont indiqué que les changements climatiques auraient des conséquences de plus en plus néfastes au fur et à mesure des années et que « ces types d’événements seront beaucoup plus graves dans les années à venir ». Les écologistes préconisent une planification des effets, « pour minimiser ces impacts » et de créer des dispositifs durable de protection et préservation de l’habitat.

 Céline Tabou 


Kanalreunion.com