Changement climatique

WWF : « une étape importante mais ce n’est pas suffisant »

L’ONG salue des avancées sur le long terme

Témoignages.re / 13 décembre 2015

Réagissant hier soir juste après l’adoption de l’accord de Paris, le WWF indique que« les gouvernements ont posé les bases d’une action ambitieuse de lutte contre le changement climatique mais les mesures doivent être immédiates »

JPEG - 75 ko
Manifestation d’ONG à Paris

« Les gouvernements ont finalisé aujourd’hui un accord universel sur le climat. Cet accord pose les fondations d’un effort de long terme pour lutter contre le changement climatique, mais il en faudra davantage pour sécuriser un cap qui nous permettra de maintenir les températures à 1,5°C. Ce nouvel accord devra être renforcé de façon continue et les gouvernements devront, dès leur retour, agir à tous les niveaux pour réduire leurs émissions, financer la transition énergétique et protéger les plus vulnérables. La conférence de Paris a été l’occasion d’annonces et d’engagements de la part des gouvernements, des villes et du monde économique. Ce qui démontre que le monde est prêt pour entrer dans un nouveau modèle énergétique fondé sur des énergies propres.

Les gouvernements sont arrivés à Paris portés par l’élan donné par plus de 180 pays apportant leurs engagements nationaux. Cette dynamique a été confortée par les discours enflammés de plus de 150 chefs d’Etat et les mobilisations sans précédent de centaines de milliers de citoyens appelant, partout dans le monde, à agir face aux changements climatiques. Après deux semaines de négociations, les gouvernements ont abouti à un accord représentant des avancées sur le long terme mais qui nécessitera d’être amélioré et complété de façon urgente par des actions de court terme qui permettront d’accélérer le mouvement et de maintenir l’espoir de répondre à l’objectif de limiter la hausse des températures à 1,5°C ou bien en-dessous des 2°C. Le financement de l’adaptation, des pertes et dommages ainsi que l’amplification des réductions d’émissions devront en outre être les chantiers prioritaires de l’après-Paris.

Alors que l’accord de Paris ne prendra effet qu’en 2020, la science nous rappelle en effet que les pics d’émissions doivent avoir lieu avant cette date butoir pour ensuite décliner rapidement si nous voulons atteindre l’objectif d’une limitation du réchauffement de la planète à 1,5°C ou même à moins de 2°C. Les contributions actuelles nous permettent d’effectuer la moitié du chemin nécessaire laissant toutefois un écart de 12 à 16 gigatonnes d’émissions pour lesquelles ils nous faut encore trouver des solutions.

Tasneem Essop, cheffe de la délégation WWF pour la COP21 :

Grâce à l’accord de Paris, nous avons franchi une étape importante mais ce n’est pas suffisant. Nous devons, à présent, à travailler au renforcement des ambitions nationales amorcées par cet accord. Nous avons besoin de rapides et nouveaux efforts de la part des gouvernements, collectivités, entreprises et citoyens pour nous assurer de réductions d’émissions plus conséquentes, et du soutien des transitions énergétiques des pays en développement ou encore de la protection des plus pauvres et des plus vulnérables. Les pays doivent revenir l’an prochain avec la volonté d’appliquer et renforcer les engagements qu’ils ont fait ici à Paris.” »


Kanalreunion.com