Déplacements - Transports

À chantier hors norme, mesures de contrôle hors norme !

Courrier des lecteurs de Témoignages / 10 novembre 2017

JPEG - 34.9 ko

Monsieur le Préfet,

Nous nous permettons de vous adresser ce courrier suite au drame routier qui s’est produit ce lundi 6 novembre sur le viaduc de Saint-Paul.

A l’heure où nous vous écrivons, la cause de ce drame n’est pas encore déterminée et toutes nos pensées vont d’abord aux victimes et à leurs familles.

Monsieur le Préfet, c’est un constat indéniable que, depuis le démarrage du chantier de la NRL, le nombre de poids lourds sur nos routes a augmenté de façon importante. Et pas n’importe quels poids lourds, des camions bennes de 30 tonnes minimum, comme celui qui a été semble-t-il à l’origine du carambolage mortel de lundi dernier.

Le chantier de la NRL est un chantier hors norme avec un besoin en matériaux hors norme.

Le nombre de ces camions bennes et leur cadence de rotation sur nos routes sont également hors norme.

C’est une première à la Réunion et il semble que les risques liés au transport de ces matériaux ont été sous-estimés ou mal anticipés.

Quelle que soit la cause du drame de ce lundi, défaillance technique ou erreur humaine, il devient urgent de mettre en place un système d’actions préventives et de surveillance adaptées visant à minimiser les risques induits par ce transport « hors norme » de matériaux.

Attention, ne vous méprenez pas sur nos intentions. Le but de ce courrier n’est pas d’utiliser ce drame pour faire le procès de la NRL ou des transporteurs.

Le but de ce courrier est de vous alerter sur une situation que nous dénonçons depuis près de 2 ans, sans aucune réaction de la part des pouvoirs publics.

En effet, nous déplorons quotidiennement les incivilités voire infractions suivantes :

- Bennes non bâchées créant des nuages de poussières dans leur sillage ou laissant s’échapper des cailloux et autres morceaux de roches sur la route, créant un danger important, plus particulièrement pour les motards ;

- Vitesse excessive de camions chargés à bloc (là encore non bâchés le plus souvent) qui parfois même doublent à plus de 100km/heure ;

- Refus de priorité aux ronds-points (particulièrement au Port) ;

- Bruit de klaxons répétitifs (de jour comme de nuit) quand les camions se croisent aux abords du chantier, devenant insupportables pour les riverains.

Les témoignages que nous recevons en ce sens sont légion.

Evidemment, il ne faut pas mettre tous les transporteurs et conducteurs de poids lourds dans le même panier. Nous ne voulons pas stigmatiser cette profession que nous respectons, qui travaille durement et qui fait vivre de nombreuses familles à la Réunion.

Toutefois le comportement quotidien de certains d’entre eux ternit l’image générale de la profession et surtout il est intolérable compte tenu des risques engendrés. Le drame survenu ce lundi en est un triste et brutal rappel.

Encore une fois, l’urgence réside dans la mise en place de mesures de prévention, de contrôle et de répression adaptées aux risques liés à ce transport « hors norme » de matériaux.

Par ailleurs, nous espérons qu’une alternative à la partie prévue en digues (marché dont l’ordre de service a été différé) sera rapidement trouvée.

En effet, ces digues réclament encore plus de matériaux (avec l’ouverture d’au moins 4 carrières simultanées) et au vu du retard déjà pris, il est à craindre que les cadences de rotations et donc le nombre de camions bennes seront encore plus importants avec aggravation des risques associés.

La santé de nos enfants et la vie de nos concitoyens valent plus que toutes les « pseudo » justifications pour cette partie en digues de la NRL pour laquelle des alternatives moins néfastes existent et sont encore envisageables à ce stade.

Nous espérons que notre courrier recevra toute votre attention et que vous voudrez bien y donner suite.

Nous vous prions de croire, Monsieur le Préfet, en l’expression de notre haute et respectueuse considération.

Pour l’Association Lataniers Nout Ker d’Vie
Stéphanie GIGAN, Présidente