Déplacements - Transports

À quand un Schéma directeur vélo réunionnais ?

Le Club des villes et territoires cyclables se félicite de l’enquête sur "Le vélo et les Français en 2012"

Témoignages.re / 28 janvier 2013

Jean-Marie Darmian, président du Club des villes et territoires cyclables (CVTC), et Dominique Lebrun, coordonnateur interministériel pour le développement de l’usage du vélo, ont présenté ce mercredi 23 janvier les premiers résultats de l’enquête sur "Le vélo et les Français en 2012" réalisée, à leur demande, par TNS Sofres et MTI Conseil. Dans une déclaration au sujet de cette enquête, le CVTC en tire des enseignements très positifs, car ils « confirment la nécessité d’une politique nationale vélo ».
À La Réunion, nous ne disposons pas de ce genre d’enquête, mais on constate tous les jours que le peuple réunionnais utilise de plus en plus le vélo comme moyen de déplacement pour ses besoins quotidiens. Voilà pourquoi, afin d’accentuer ce processus dans le pays, il serait utile de faire au plus vite de La Réunion une île cyclable par une politique globale, dans le cadre d’un Schéma directeur vélo réunionnais. C’est ce que préconise le Comité Réunionnais de Promotion du Vélo, présidé par Philippe de Cotte.
En tant que vice-président du Conseil général délégué aux Transports et déplacements, Pierre Vergès a publié récemment sur son blog (blog.pierreverges.fr) des propositions globales pour un SRDD (Schéma Réunionnais de Déplacement Durable), qui prend notamment en compte le développement de l’usage des modes doux de déplacements. Et comme le souhaite la présidente du Département, il va associer le maximum de Réunionnaises et de Réunionnais à la réalisation de ce projet en faisant partie de la CADED (Communauté des Acteurs du Déplacement Durable).
Voici donc de larges extraits de la déclaration du CVTC
. Les intertitres sont de "Témoignages".

JPEG - 25.5 ko

« Les premiers résultats de l’enquête sur "Le vélo et les Français en 2012" sont très encourageants pour le développement de l’utilisation du vélo au quotidien. 



1) La pratique du vélo augmente autant pour les loisirs que pour la mobilité "utilitaire" des Français.


• 45,5% des personnes interrogées de 15 ans et plus ont fait au moins une fois du vélo au cours des 12 derniers mois, soit près de 1 Français sur 2. Ils étaient, d’après l’étude "L’économie du vélo" (Atout France 2009), 40% en 2007 sur ce même périmètre.


• 97,9% déclarent avoir appris à faire du vélo et 78,2% déclarent en faire très bien. 
Ces chiffres confirment que le vélo n’est plus un mode en déclin, ou résiduel. Il se « passe quelque chose » du côté du vélo dans les pratiques et les représentations des Français.

Davantage de cyclistes sur les routes





2) L’usage utilitaire du vélo s’accroît. L’usage récréatif, déjà bien installé, se développe. 


• Ils sont 14% à utiliser le vélo pour des motifs "utilitaires" comme aller au travail, à l’école/l’université ou faire des achats (parmi les 98% de la population ayant appris à faire du vélo).
 L’enquête montre qu’il y a un fort potentiel de développement de la pratique du vélo : les pratiques occasionnelles et de loisirs-balades, activités physiques et sportives constituant des gisements de pratiques quotidiennes et utilitaires (travail, études, achats, démarches administratives…).


Le vélo pour la vie

3) Le vélo s’installe — au-delà des pratiques — dans les modes de vie.


• Les professions intermédiaires (infirmières, instituteurs, assistantes sociales) utilisent plus le vélo (63,5% de répondant) par rapport à l’ensemble de la population, talonnées par les CSP+ (cadres supérieurs et professions libérales) avec 61,2%.


• Un tiers des 15 ans et plus affirme qu’ils feront du vélo pour leurs déplacements habituels dans les 2 prochaines années.


• Pour mémoire, on vend plus de vélos que de voitures chaque année en France : 3,2 millions de vélos/2,25 millions de voitures neuves.


Des décisions attendues de l’État

4) La possession d’un vélo ou l’accès à un vélo en libre-service (VLS) renforce l’utilisation et une utilisation plus fréquente.


• 70% des personnes interrogées possédant un vélo l’ont utilisé ces 12 derniers mois, et ils sont 17% à l’avoir utilisé au moins quelques jours par semaine. En revanche, ceux qui utilisent un vélo du foyer ne sont que 56% à l’utiliser et 7,5% à en faire un usage régulier.


Jean-Marie Darmian a rappelé que « l’État doit examiner sérieusement les propositions faites par le Club des villes et territoires cyclables pour encourager l’achat de vélos par les particuliers et l’acquisition par les entreprises de flottes de vélos qu’elles pourront mettre à la disposition de leurs salariés ».

Ces propositions ont été défendues en vain par le Club des parlementaires pour le vélo (dont fait partie le sénateur réunionnais Paul Vergès - NDLR) , en novembre dernier, dans le cadre du projet de loi de finances pour 2013.


Au travail à vélo

5) Le vélo pour les déplacements domicile-travail émerge aux côtés des transports publics et dispose d’un fort potentiel.


• Parmi les 28,5 millions d’actifs en France, ils sont déjà 5,3% à l’utiliser pour aller au travail au moins quelques jours par semaine.

6) Le vélo est "la solution 2 roues" et non le deux-roues motorisé.


• Sur les 98% de la population française ayant appris à faire du vélo, ils sont 5,3% à l’utiliser pour leur déplacement domicile-travail quelques jours par semaine, contre 3,4% à utiliser un deux-roues motorisé. Pour aller faire des courses, des démarches ou des activités de loisirs, 15,9% se déplacent à vélo contre 8,4% en deux-roues motorisés.


• En Ile-de-France, les vélos dépassent les deux-roues motorisés avec 650.000 déplacements à vélo contre 600.000 en deux-roues motorisés (enquête EGT/STIF 2010), et plus encore chez les Parisiens (0,13 déplacement par jour contre 0,09), dans un contexte de croissance des deux modes.



« Prioriser les bons leviers »

Pour Jean-Marie Darmian, ces premiers résultats confirment la nécessité d’une politique nationale vélo — autrement dit d’un cadre pour agir sur les bons leviers afin d’encourager le développement du « vélo mode de déplacement » —, un remède anti-crise au service de la mobilité durable —, du « vélo loisir » — une pratique déjà bien installée —, du « vélo cyclotouristique et sportif » , en bénéficiant de ses vertus notamment en termes de santé publique.


« Il faut encourager les dynamiques de transfert modal de la voiture solo vers le vélo et la combinaison vélo et transport public, et accroître l’usage du vélo chez ceux qui l’utilisent occasionnellement, et/ou pour les seuls loisirs, vers une pratique utilitaire et quotidienne. Les leviers pour ce faire résident dans la facilitation de l’usage : stationnement au domicile et sur les lieux de travail et d’études, conditions de circulation, de confort et de sécurité... 
Les résultats complets, qui seront présentés lors du 20ème Congrès du Club des villes et territoires cyclables en mai prochain à Nice, devront aussi apporter des éclairages sur les attentes et les freins afin de prioriser les bons leviers ».


Kanalreunion.com