Déplacements - Transports

Avec une « route en haute mer », comment entrer dans Saint-Denis et traverser le chef-lieu ?

L’ATR-Fnaut reçue à la Mairie de Saint-Denis

Témoignages.re / 2 mai 2013

L’association Alternatives Transports Réunion (ATR-Fnaut), sous la signature de François Payet, rend compte de la rencontre de sa délégation avec la Direction de la Mairie de Saint-Denis à propos du débouché de la Nouvelle route du littoral (NRL) sur la ville.

« Une délégation de l’association Alternatives Transports Réunion (ATR-Fnaut) a été reçue par le cabinet du maire de Saint-Denis le mardi 16 avril. Les projets et enjeux des transports et déplacements sur le territoire du chef-lieu ont été abordés.

En particulier, nous avons approché la problématique de la greffe d’une future route en haute mer projetée par la Région sur le réseau communal.

Selon la Mairie, la Région se serait engagée à financer la traversée du Barachois : soit le petit tronçon de route nationale depuis le débouché de la NRL sur le pont de la rivière Saint-Denis jusqu’à hauteur de la rue la Bourdonnais. La municipalité a en effet envisagé de porter le trafic de transit sur le boulevard Nord et de conserver le caractère urbain du boulevard Sud.

Les études pour la gestion des trafics de transit, de proximité et ceux du TCSP sont en cours. La Commune projette d’aménager en surface le transport en commun avec les cheminements piétons et de les séparer du trafic automobile renvoyé en sous-terrain. Alors, comment faire la jonction entre le boulevard Nord et cette NRL ? Où situer l’encombrante tranchée de la rampe d’une RN sous-terraine ? La Commune et la Région n’ont encore rien décidé. Le sujet est effectivement sensible.

Ces chantiers d’entrée et de traversée de Saint-Denis et celui de la NRL doivent être concomitants ! Aussi, pour leurs financements, la délégation s’est également inquiétée avec la collectivité de la concordance nécessaire de leurs réalisations. Or, les études ne sont pas abouties !

Suite à cette entrevue et compte tenu de la gravité des problèmes posés, le bureau de l’ATR estime d’autant plus nécessaire l’entente entre les deux collectivités avant le début des travaux.

Il estime également que, plus que jamais, l’importance du chantier de la NRL, portée avec l’aménagement de ce premier tronçon du Barachois à environ 2 milliards d’euros, réclame une expertise économique et financière des moyens de la Région.

On ne peut en effet imaginer que le coût d’aménagement de la traversée de Saint-Denis par la route nationale s’arrête avant la gare routière sans intégrer aux prévisions budgétaires de la Région celui du boulevard Lancastel ! »


Kanalreunion.com