Déplacements - Transports

Carrière des Lataniers : la mobilisation s’amplifie

Tribune libre de l’association LATANIERS NOUT KER D’VIE

Témoignages.re / 6 décembre 2016

JPEG - 96.7 ko
Un espace naturel miraculeusement préservé menacé d’être à jamais détruit pour satisfaire les partisans de la route en mer.

Lors de la réunion publique de restitution de la contribution citoyenne du 1er décembre, c’est SANS SURPRISE que nous avons appris qu’il ressortait du sondage de 300 Possessionnais, que 75 % sont pour l’option du financement des projets communaux par la carrière.

Résultat sans surprise puisque LES PERSONNES SONDEES SONT ISSUES, A PLUS DE 80 % DE QUARTIERS ELOIGNES (Rivière des Galets, Pichette, Sainte-Thérèse, etc.) ET DONC NON IMPACTES PAR LE PROJET DE CARRIERE !

Alors que le centre ville et Camp Magloire, directement impactés ne représentaient que 17 % des sondés.

LE BUT SERAIT-IL DE DIVISER POUR MIEUX REGNER ?

Outre le fait que les sondages ne valent plus grand-chose de nos jours (voir les cas récents du Brexit, D Trump et F Fillon) et qu’on leur fait dire ce qu’on veut selon la façon de poser les questions, il est surtout important de relever qu’à ce stade, on ne peut pas considérer que les Possessionnais ont donné leur avis éclairé sur l’exploitation ou non de la carrière.

En effet, ils ne pourront donner véritablement leur avis éclairé que lorsqu’ils auront TOUS les éléments de réponse en main (étude d’impact, étude de danger, avis de l’ARS, avis de l’autorité environnementale, etc.).

Et ça, ça s’appelle l’ENQUÊTE PUBLIQUE ! Mais nous n’en sommes pas encore là et nous ne voulons pas en arriver là !

Les résultats du sondage ne nous surprennent donc pas et nous continuons de clamer que ce sondage n’est qu’une vaste fumisterie, un simulacre de démocratie qui aura coûté des milliers d’euros pour rien… Gaspillage de deniers publics. Un comble alors que la situation financière de la commune est critique !

Ce qui nous a surpris par contre c’est que ce sondage ne devait être qu’UN des éléments de la contribution citoyenne. En effet, outre ce sondage, il y a eu 3 réunions publiques, et diverses contributions (pétitions, mails, motion de parents d’élèves, etc.). Des contributions contre la carrière, dépassant largement les 300 Possessionnais sondés !

Pourtant lors de la réunion de restitution, ce sont les résultats du sondage qui ont été longuement mis en avant. Rien sur les résultats des réunions publiques, ni même sur la motion des parents d’élèves…

Ce qui nous a surpris ensuite, ce sont les contradictions dans le discours prononcé.

Ainsi, parmi les besoins de financement, Madame le Maire a insisté sur la restauration nécessaire du bâti scolaire vieillissant et pas toujours aux normes. ALORS COMMENT PEUT-ELLE ENVISAGER DE DONNER SON AVAL A UNE CARRIERE DE ROCHES MASSIVES (TIRS DE MINES, VIBRATIONS ETC.) A 400 METRES A PEINE DE 2 ECOLES ET UNE CRECHE MUNICIPALE NOTOIREMENT DELABREES ?

Parmi les financements nécessaires, Madame le Maire a également évoqué le réseau d’eau communal, vieillissant lui aussi, inadapté et saturé par la démographie grandissante de la commune.

LA ENCORE, COMMENT PEUT-ELLE ENVISAGER DE DONNER SON AVAL A UNE CARRIERE TRES TRES GOURMANDE EN EAU ?! D’autant que c’est justement en période de sécheresse et de vents forts, comme nous connaissons actuellement, que, pour limiter les poussières, il faut arroser les roches, arroser les roues des camions, arroser les pistes… arroser encore et encore… AVEC QUELLE EAU, ALORS QUE LES POSSESSIONNAIS EN MANQUENT DEJA CRUELLEMENT ?

Par ailleurs, affirmer aux Possessionnais que s’il y a une carrière, il n’y aura pas d’augmentation d’impôts est un mensonge !

Madame le Maire ne peut pas non plus nous promettre qu’elle maîtrisera les nuisances car seul le préfet peut, dans son arrêté d’autorisation de carrière, imposer des prescriptions de réduction des impacts (bruits, poussières).

La commune peut demander au préfet de reprendre dans cet arrêté les prescriptions qu’elle souhaiterait imposer, mais le préfet n’est pas obligé de suivre !

Et ce ne sont pas non plus les menaces d’amendes ou de pénalités qui arrêteront les carriers, car ils ont bien plus à gagner qu’à perdre.

Une entrevue entre Vanessa Miranville et Didier Robert sur le sujet serait programmée la semaine du 12 décembre.

Alors, Madame le Maire, dites-lui bien de notre part :

  • que nous avons beaucoup de mal à comprendre une telle ingérence de la part de la Région dans le dossier des carrières et plus particulièrement s’agissant des Lataniers avec la convention signée, alors que Monsieur Fournel lui-même ne cesse de répéter qu’il est de la responsabilité des entreprises attributaires des marchés de s’approvisionner et de fournir les matériaux ;
  • et surtout que l’article L1111-4 du Code général des collectivités territoriales énonce que « Les décisions prises par les collectivités territoriales d’accorder ou de refuser une aide financière à une autre collectivité territoriale ne peuvent avoir pour effet l’établissement ou l’exercice d’une tutelle, SOUS QUELQUE FORME QUE CE SOIT, sur celle-ci. »

LA MAIRIE A LES CARTES EN MAINS !

Tant que la Commune, propriétaire du terrain convoité, ne donne pas la maîtrise foncière (c’est-à-dire l’autorisation d’utiliser son terrain) aux carriers, ils ne peuvent pas déposer leur dossier en préfecture, car le dossier sera considéré comme incomplet et irrecevable. La maîtrise foncière est une condition préalable et indispensable !

SI ELLE DIT OUI : elle ouvre la porte et accélère le processus. Elle ne maîtrisera plus rien ensuite.

SI ELLE DIT NON : Elle ferme la porte. Certes il y existe des possibilités pour les carriers de contourner ce “non” du propriétaire, mais ce sera plus compliqué et plus long.

Dire OUI, ce serait jeter les Possessionnais en pâture aux loups avec tous les moyens politiques et financiers qu’on leur connaît.

Madame le Maire nous espérons vivement vous voir rester fidèle à vos valeurs, à vos convictions profondes, pour vous ériger en défenderesse de notre patrimoine historique et naturel, en défenderesse de vos administrés, de nos enfants, avec courage et détermination, car c’est pour cela que vous avez été élue.

Stéphanie Gigan

Présidente de l’association LATANIERS NOUT KER D’VIE