Déplacements - Transports

Grève à Citalis

Transport urbain

Témoignages.re / 25 août 2009

Environ 70 conducteurs, contrôleurs et agents commerciaux salariés à Citalis étaient en grève hier lundi. Raison de cette grève, ils dénoncent les conditions de travail, notamment la sécurité, ainsi que les contrôles de caisse. Il y a eu des perturbations sur le réseau dionysien. Sur les lignes du TCSP 5, 6, 7 et 8, un bus circulait toutes les demi-heures. Sur les lignes 10, 11, 12, 13, 14 et 31, il y avait un bus toutes les 2 heures. Tout devrait rentrer dans l’ordre dès aujourd’hui.

30% du personnel étaient donc en grève hier, selon la Direction de la Sodiparc. Ils dénoncent d’abord le manque de sécurité au sein des bus. Des agents ont été agressés physiquement et verbalement ces dernières semaines. Ils dénoncent également le caillassage des bus. Pour la Sodiparc, qui gère le réseau Citalis, « ce problème existe depuis plusieurs années dans tous les réseaux de transport ». Face à cette violence, « nous avons mis en place un certain nombre de dispositifs », explique Sandrine Bégert, directrice marketing à la Sodiparc.

Parmi ces dispositifs, on peut citer les opérations de contrôle renforcées en partenariat avec les forces de l’ordre ou la mise en place de conducteurs accompagnateurs (sur la base du volontariat) sur certains réseaux. L’expérience des vigiles a même été tentée sur le réseau de Sainte-Marie. Une expérience qui a été « décriée par les conducteurs », note Sandrine Bégert. « La présence d’un vigil permet d’éviter les fraudes, mais cela déresponsabilise le conducteur, ce qu’il n’apprécie pas forcément », affirme-t-elle. Pour la représentante de la Sodiparc, « c’est la sensibilisation sur le terrain qui doit primer ». Ainsi, depuis janvier, une campagne nommée “Respect nout bus” a été lancée sur l’ensemble du réseau.

Autre demande des grévistes, la méthode de contrôle des caisses. Les conducteurs étant également receveurs, ils détiennent une caisse pour laquelle ils sont contrôlés de façon inopinée. Ils comprennent les contrôles, mais dénoncent le caractère inopiné du contrôle. Ils demandent donc à ce que ces contrôles soient annoncés à l’avance. La Sodiparc réfléchit déjà à modifier sa façon de faire.


Kanalreunion.com