Déplacements - Transports

La nouvelle route du littoral sur la sellette

Le Collectif Non à la NRL

Témoignages.re / 13 septembre 2012

Ce mercredi 12 septembre, un Rédacteur en chef réunionnais bien connu, titre son éditorial, « Route du littoral : une sénatrice verts dégomme le projet de Didier Robert ». Il y annonce que le 15 septembre prochain, Aline Archimbaud, sénatrice EELV, posera une question au ministre délégué au Transport, Frédéric Cuvillier et à Delphine Batho, ministre de l’Écologie, dans le but de mettre en cause la fameuse nouvelle route du littoral. Notre éditorialiste, qui ne cache par son ferme soutien au projet contesté, se permet de commenter fielleusement la position de la sénatrice verte. Ainsi, il trouve très étrange que cette question intervienne au moment même où Didier Robert refuse de participer à une baisse de la fiscalité sur les carburants : « Faut-il y voir un lien de causalité entre la question orale de Mme Archimbaud et la position du président Robert sur le dossier des carburants », s’interroge-t-il faussement naïf.
Mais s’il lisait les journaux réunionnais, dont le sien, il saurait que cette question a été rédigée et déposée, il y a deux mois, le 12 juillet au Sénat et qu’elle est consultable sur le site de cette Assemblée depuis le 20 juillet. Elle a d’ailleurs déjà fait l’objet de plusieurs articles à La Réunion.
N’ayant pas peur du ridicule, notre journaliste, dans la grande tradition de la guerre froide, voit derrière l’initiative de Mme Archimbaud, la main diabolique des communistes, au point de suggérer que sa question aurait été « inspirée pour ne pas dire, dictée par le PCR ». Mais voilà, à trop vouloir prouver, on ne prouve rien. Cette question est uniquement le fruit d’un travail commun entre la sénatrice et les écologistes locaux qui combattent ce projet et étaient présents le 12 juillet au Sénat lors du dépôt de la question.
Cet éditorial « gros doigts » nous apprend cependant quelque chose d’intéressant. Il semble bien refléter l’inquiétude qui gagne actuellement le Conseil régional, notamment lorsque son « porte-voix » écrit : « Mme Archimbaud ouvre une brèche dans laquelle pourrait s’engouffrer le gouvernement. Le président de la Région UMP va devoir se montrer vigilant ». Effectivement, il y a le feu pour Didier Robert. Il semble de plus en plus improbable que le gouvernement qui, dans son souci d’économies budgétaires traque le moindre million d’euros, accepte de co-financer la construction d’un petit tronçon de 12 km d’autoroute sur la mer qui coûtera au bas mot entre 2,5 milliards et trois milliards d’euros. Quant à la ministre de l’Écologie, on ne voit pas comment elle pourrait justifier un projet aussi mal ficelé et dont les conséquences seraient terriblement destructrices pour la biodiversité terrestre et marine.


Kanalreunion.com