Déplacements - Transports

La Réunion : Le tram-train se fera…

Lancement des premiers appels d’offres

Témoignages.re / 3 mars 2010

Mercredi 24 février 2010, comme annoncé le 12 février 2010 lors d’une conférence de presse, Tram’Tiss (Groupement d’intérêt économique constructeur du tram-train) a lancé un des premiers appels d’offres pour la tranche allant de Sainte-Marie à Saint-Paul dans les trois quotidiens. Il s’agit de la mission de Coordination de la sécurité et de la protection de santé (CSPS) pour toute la durée de la construction.
Le lendemain, 25 février 2010, les trois quotidiens de l’île publiaient un deuxième appels d’offres. Celui-ci concernait la réalisation de missions de dévoiements des réseaux et les études voies et réseaux divers (VRD) pour les phases de conception et de réalisation du tram-train, de Sainte-Marie à Saint-Paul.
Ainsi, le groupement des entreprises, dont les Grands Travaux de l’Océan Indien, constructeur du tram-train, a lancé comme prévu ces appels d’offres. Ce qui veut dire qu’il a confiance, d’une certaine manière, dans la réalisation de cet équipement porté par la liste de l’Alliance. Un équipement dont le financement défendu par Paul Vergès a été contresigné par Nicolas Sarkozy, qui n’était pas encore Président de la République, et salué par Martine Aubry, première secrétaire du Parti socialiste, comme « un projet formidable de développement durable » pour lequel elle compte « presser l’Etat français d’apporter cette dotation ferroviaire ».
Le prochain appel à projets de Tram’Tiss devrait concerner les équipements photovoltaïques — la pose de 10.000 mètres carrés de panneaux est programmée. Mais aussi la consultation publique des bureaux d’études, avant une seconde phase de consultation des entreprises cette fois pour réaliser des travaux. Et cela concerne les petites et moyennes entreprises de La Réunion (terrassement, transport, réseaux, revêtement de surface et tous corps d’état de bâtiment). A la demande de la Région, le groupement a prévu de confier 522 millions de travaux au PME de La Réunion.
Rappelons qu’en pic d’embauches, le chantier emploiera 4.000 personnes, soit plus que le chantier de la route des Tamarins, et le fonctionnement et l’entretien du seul tronçon Sainte-Marie/Saint-Paul nécessiteront l’emploi de 400 personnes.

Correspondant


Kanalreunion.com