Déplacements - Transports

Le mouvement est lancé… depuis quelques années

Véhicules électriques

YVDE / 21 janvier 2010

Quand il a étudié les moyens pour arriver à l’autonomie énergétique à l’horizon 2025, Paul Vergès a évidemment pris en compte le secteur de l’automobile qui consomme le plus de carburant. Il a pour cela rencontré des responsables du développement de la voiture électrique. C’est dire si La Réunion est aujourd’hui positionnée pour devenir « la première utilisatrice de masse de ces véhicules ». Il reste pourtant de la route à faire pour lever les obstacles techniques et notamment pour « constituer une ressource d’électricité solaire indépendante pour ces voitures ».

« La Réunion est le terrain idéal pour déployer des véhicules électriques. Elle sera la première utilisatrice de masse de ces véhicules », a souligné Nicolas Sarkozy, ce lundi 18 janvier lors de l’inauguration de la centrale photovoltaïque de Pierrefonds. À l’appui de ses dires, il avait amené dans ses bagages deux ou trois modèles de véhicules, et le PDG de Renault faisait partie du voyage.
Paul Vergès, faisait remarquer, après le discours du président de la République, qu’il avait déjà rencontré les gens qui s’occupent de ce secteur quand, il y a près de dix ans, il élaborait les objectifs de ce mandat : « ce sont des interlocuteurs que nous avons vus quand nous avons élaboré notre programme ». Mais, ce n’est pourtant pas demain que les quelque 430.000 véhicules de La Réunion rouleront à l’électricité.
Il est en effet indispensable, comme le faisait remarquer le président du Conseil régional, de « constituer une ressource d’électricité solaire indépendante pour ces voitures ». Ce que l’on peut espérer, à l’horizon 2025. Ou plutôt 2030, si l’on prend l’objectif de GERRI.
Cependant, il importe de se préparer à entrer dans cette ère de la voiture électrique. Et même si les contradicteurs disent qu’aujourd’hui, avec les véhicules présentés — encore relativement chers —, on n’a pas suffisamment d’autonomie pour effectuer un aller-retour Saint-Pierre/Saint-Denis, sans rechargement des batteries, l’avenir se trouve bien là. C’est qu’en effet, ce n’est pas la production d’électricité qui consomme aujourd’hui le plus de carburant, mais bien les déplacements effectués par les quelque 430.000 véhicules.
Les particuliers qui le peuvent pourront créer leurs propres ressources en électricité solaire. Mais ce ne sera pas suffisant. C’est pourquoi le Conseil régional a programmé une production d’électricité solaire, notamment le long de la route des Tamarins. Lors de la dernière réunion permanente, une étude à d’ailleurs été lancée sur trois sections de la route.
Alors sans doute faut-il se diriger de manière résolue vers l’utilisation de masse des véhicules électriques dans l’île. Mais il ne faut pas sous-estimer non plus le chemin qui reste à parcourir et les obstacles techniques qu’il sera nécessaire de lever d’ici 2011, date à laquelle le président de la République annonce la sortie des premiers véhicules électriques.

YVDE


Vu dans l’exposition de GERRI

Une forte présence de l’action du Conseil régional

Le président de la République a visité l’exposition de GERRI sur les énergies renouvelables. La lecture des panneaux montre comment le Conseil régional — n’en déplaise à Didier Robert, le député-maire du Tampon qui n’est manifestement pas au courant — s’est investi depuis des années dans le développement d’une démarche globale de développement durable qui va bien au-delà de la plantation de quelques centaines de palmiers, qui représente, comme l’a souligné le président de la République, une offre touristique intéressante.

Ainsi, le panneau “Des démarches de développement durable anticipées”, sous une photo du lycée Mahatma Gandhi de Saint-André, indique que le Conseil régional a construit six lycées Haute qualité environnementale (HQE).
Un autre panneau, “Une alternative au nucléaire pertinente pour l’Outre-Mer”, montre des formes de production d’énergie : démonstration d’énergie houlomotrice, démonstration convertisseur d’énergie des vagues (étude de faisabilité), démonstration de l’énergie thermique des mers. Trois projets qui sont soutenus par la Région Réunion.

Autre thème, « l’avancée dans l’efficacité énergétique et dans la maîtrise de l’énergie » qui souligne la réussite des chauffe-eau solaires : 100.000 chauffe-eau, soit un tiers des foyers concernés. Ce qui placent La Réunion au second rang mondial pour ce type d’économie d’énergie. Mais aussi le développement d’« un savoir-faire réunionnais important dans ce domaine avec 70% de ces installations produites localement ».


Kanalreunion.com