Déplacements - Transports

Le tram-train au cœur du débat des Régionales

Collectif pour le développement de la micro-région Sud

Témoignages.re / 20 novembre 2009

De source sûre, le Collectif pour le développement de la micro-région Sud assure que certains à l’UMP entendent esquiver le débat sur le tram-train lors des Régionales. « Non à un référendum après les élections régionales. Oui à des élections régionales faisant de ce débat un référendum », avancent les responsables du collectif. Ces derniers ont demandé audience à la ministre de l’Outre-mer en visite officielle dans l’île la semaine prochaine.

Nous sommes à quelques jours de deux évènements déterminants pour le projet Tram-train : la signature du contrat de partenariat avec le groupement d’entreprises retenu pour le co-financement, la construction et l’exploitation du futur tram-train et la visite de la ministre de l’Outre-mer. Krishna Damour, du Collectif pour le développement de la micro-région Sud, entouré de Nazir Valy et Jean-Noël Hécale, tire à nouveau la sonnette d’alarme.
Il dénonce l’attitude de la tête de liste bicéphale de l’UMP pour les élections régionales. Cette dernière souhaiterait esquiver la question du tram-train, lors de la campagne électorale pour les Régionales. Et pour cause. Difficile de faire la synthèse entre l’opposition forcenée — viscérale même ! — au tram-train de Jean-Paul Virapoullé et les volontés fortes qui s’expriment de plus en plus pour l’extension du tracé de celui-ci vers l’Est et le Sud. Des volontés exprimées notamment par la récente motion de la CIVIS en faveur d’un tronçon réalisable dans un délai raisonnable entre l’Etang-Salé et Grand-Bois.
Selon Krishna Damour, « de source sûre, nous avons appris que l’équipe menée par le député-maire du Tampon et le sénateur de l’Est a trouvé une parade » à ce ferment de division. Elle s’apprêterait à proposer un référendum sur cette question après les élections régionales du 14 et 21 mars 2010. La ficelle est un peu grosse. Il s’agit d’effacer des divisions pour répondre à l’affirmation de Didier Robert selon laquelle « il n’y aura qu’une seule ligne politique et chacun devra s’y tenir ».

Une nécessité

Le Collectif pour le développement de la micro-région Sud parle de « mascarade » et d’« escroquerie politique car ce serait tromper les Réunionnaises et les Réunionnais ». Chacun sait en effet que le projet de tram-train rencontre l’approbation de 87% de la population.
Mais surtout, le tram-train répond à la nécessité de lutter contre le réchauffement de la planète et à la diminution des énergies fossiles. Il « s’inscrit parfaitement dans la politique des transports collectifs », défendue dans le projet Réunion 2030 GERRI, dont les grandes orientations ont été largement puisées dans celles de la Région Réunion. Le tram-train a également, très récemment, été encouragé par Dominique Bussereau, Secrétaire d’État chargé des Transports, en visite officielle à La Réunion, et par Patrick Devedjian, Ministre chargé de la Relance économique, lors de la remise à Pierre Vergès du Prix du Défi relevé lors de la Rencontre internationale des PPP.
Krishna Damour, au nom du collectif, dit « Non à un référendum après les élections régionales et Oui à des élections régionales faisant de ce débat un référendum ». Et dans la foulée, il dénonce « l’attitude des parlementaires réunionnais de l’UMP qui exercent actuellement un lobbying dans les couloirs de Matignon afin de faire dérailler le projet Tram-train ». En conséquence, le collectif demande au gouvernement de ne pas céder, car il risque de « discréditer le discours du chef de l’Etat, prononcé à l’issue du Conseil interministériel sur l’Outre-mer ». Et de dénoncer les élus, qui « ne peuvent ici se dire porteurs d’un projet de développement durable et opter à Paris pour une ligne inverse en voulant faire dérailler le projet tram-train ».

YVDE


La ministre de l’Outre-mer interpellée

Le Collectif pour le développement de la micro-région Sud a demandé audience à la ministre de l’Outre-mer, Marie-Luce Penchard, en visite officielle la semaine prochaine dans notre île. Il entend « lui exprimer de vive voix nos inquiétudes sur la réalisation du tram-train de La Réunion » et lui remettre une motion.
Cette motion affirmera « le caractère prioritaire de la réalisation du tram-train pour La Réunion, et particulièrement pour la région Sud » et demandera à la ministre « d’intervenir de toute urgence auprès du Président de la République et du Premier ministre en vue d’étendre la dotation ferroviaire dite “Transport express régional” à la Région Réunion à partir de 2014 ».
Elle proposera la mise en place d’un organisme comme il en existe un en Ile de France pour piloter le projet ; un organisme qui pourrait regrouper les autorités organisatrices des transports (Région, Département et Etablissements publics de coopération intercommunale).
Enfin, cette motion rappellera l’objectif fondamental de la réalisation d’une liaison complète et rapide de Saint-Benoît à Saint-Joseph. Avec une première section entre Sainte-Marie et Saint-Paul.


Kanalreunion.com