Déplacements - Transports

Même handicapé, on peut se déplacer à vélo

Journée “Tous à vélo” organisée par l’ALEFPA

Témoignages.re / 18 novembre 2009

L’ALEFPA (Association laïque et pédagogique pour la formation, la prévention et l’autonomie) œuvre pour l’entraide et l’épanouissement de personnes handicapées (avec un retard intellectuel). Cette association a organisé le mardi 3 novembre dernier avec l’OMS (Office Municipal des Sports) du Port une journée ludique autour d’activités à vélo.
Elle proposait de multiples ateliers destinés à des personnes handicapées, âgées entre 10 et 22 ans, venues de différentes communes de l’île, en particulier celles où sont regroupés les principaux centres d’accueil.
Différentes activités ont ainsi pu être proposées aux personnes ayant participé à cette journée :

- parcours "code de la route" sur le circuit vélo pédagogique se trouvant à l’entrée du stade Georges Lambrakis du Port ;

- circuit "habileté à vélo", avec l’acquisition de l’équilibre, du freinage...

- atelier "mécanique" (comment démonter une roue, remettre en place une chaîne, réparer une crevaison… ?) ;

- sortie accompagnée en ville du Port ;

- circulation sur le vélodrome du stade, avec la possiblité d’essayer différents vélos (tricycles, quadri-cycles, quad) ;

- promenade dans la ville du Port en vélo-taxi, pour les personnes n’ayant pas pu participer aux autres activités.

L’OMS du Port avait mis à la disposition de l’ALEFPA et des participants tous ses éducateurs vélo.
Cette journée avait pour but de sensibiliser les jeunes handicapés à l’usage du vélo, faire connaître les règles de sécurité routière pour bien circuler, regrouper des jeunes de toute l’île dans une même activité sportive, ludique et formatrice.

S. B. 


An plis ke sa

Grande affluence sur la Véloroute des Bleuets au Québec
Saison après saison, la Véloroute des Bleuets continue d’accroître son taux de fréquentation. Ainsi, plus de 200.000 cyclistes ont déjà roulé cette année sur cet itinéraire cyclable canadien, ainsi que sur ses circuits associés. Cela représente une hausse de 2,8% par rapport à 2008. À noter que 6,1% des cyclistes résident à l’extérieur du Québec. Ces touristes ont généré à eux-seuls 6,2 millions de dollars en dépenses. Les améliorations apportées en 2009 ont fait croître le taux de satisfaction des usagers. D’ici quelques années, 100% du réseau cyclable sera asphalté.

• 420 kilomètres de voies douces près du Havre
Le président du Conseil général de Seine Maritime a inauguré récemment la nouvelle véloroute du Havre, en compagnie de nombreux cyclotouristes de la région. Dite de "La pointe de Caux", cette véloroute doit contourner Le Havre sur une quinzaine de kilomètres. Cette voie « douce » traverse une partie du Havre, mais aussi d’autres communes, « reliant ainsi deux itinéraires départementaux, la véloroute du littoral, déjà réalisée, et celle du Val de Seine, en cours de réalisation », expliquent les services du Département.
Au total, le Département a investi un peu plus de 1,4 million d’euros dans cette réalisation. Ce coût comprend les travaux de voirie, la réalisation de trois passerelles et la signalisation qui permet aux cyclistes de circuler en toute sécurité près d’un axe routier très passager.
Cette véloroute de La pointe de Caux s’inscrit dans un large schéma qui permettra au Département de proposer 420 kilomètres de voies douces, des méandres de la Seine au littoral de la Manche. Cent vingt kilomètres de voies devraient prochainement s’ajouter à la véloroute du Val de Seine, permettant, par exemple, d’aller d’Elbeuf au Havre.

• Les doubles sens cyclables à Bordeaux
À Bordeaux, le quartier Saint-Michel est le dernier à être équipé du double sens cyclable. Il s’agit de rues à sens unique où les cyclistes peuvent rouler dans les deux sens.
Ces dispositions permettent de raccourcir les trajets et rendre la ville plus perméable aux cyclistes. Le décret du 30 juillet 2008 généralise le double sens dans les zones 30. Les municipalités ont désormais 2 ans pour mettre en conformité les arrêtés et la signalisation.
À Bordeaux, les doubles sens s’étendent à tout l’hypercentre, avec comme objectif de généraliser la mesure dans les toutes prochaines années. Et en périphérie ? Des villes comme Blanquefort, Bègles, Mérignac, Talence ou encore Pessac commencent à s’y mettre.

• À vélo sur les collines du Chianti
En Italie, le paysage du Chianti avec ses vignobles, ses châtaigniers, ses pins et ses douces collines forment une harmonie de couleurs entre les champs de blé. La magie du Chianti se note non seulement en se promenant dans les bois, parmi les oliviers, ou en explorant la tour d’un château mais aussi à travers le jus produit par les magnifiques vignobles de la zone. L’attachement ancestral de ces terres pour ses vignobles a été confirmé par les découvertes dans un site archéologique du Chianti de graines qui remonte à 23 siècles.
Les routes des Terres de Sienne écrivent des poésies et se dessinent à travers des trajectoires d’harmonie. Collines et routes jouent avec la force de gravité, roues et pédales suivent des traces qui apparaissent puis disparaissent dans les dimensions d’un paysage où la trace d’une roue de bicyclette a la même légèreté que la main d’un artiste. Les Terres de Sienne sont des terres parfaites à découvrir en bicyclettes. Ici, les routes ne se mesurent pas en kilomètres, mais en émotions.
La bicyclette est sûrement un des moyens qui exaltent le plus le contact entre la nature et la personne. À quand la découverte du patrimoine réunionnais à vélo ?



Kanalreunion.com