Déplacements - Transports

Nom : Robert – Prénom : Didier – Spécialité : bricoleur politique

Sur le Blog de Pierre Vergès…

Témoignages.re / 9 novembre 2010

Voilà ce que l’on pourrait dire du nouveau président de Région : « ne dîtes pas à l’opinion que je suis organisateur de pagaille routière, elle me croit seulement démolisseur de grands chantiers ».

L’opinion connaît aujourd’hui le président de Région démolisseur de projets majeurs prêts à être engagés.
L’opinion connaît aujourd’hui le président de Région indifférent devant les menaces qui pèsent de plus en plus sur le BTP avec son refus des grands chantiers.

Le député complice du gouvernement sarko

L’opinion connaît aujourd’hui Didier Robert complice du gouvernement Sarko qui se frotte les mains :

- en n’engageant pas un effort supplémentaire pour le tram-train,

- en limitant son effort financier (contrairement au Protocole signé en 2007) pour le “fantomatique” chantier de la nouvelle route du Littoral (j’y reviendrai en analysant point par point le nouveau Protocole de Matignon),

- en remettant en cause les dispositifs de défiscalisation outre-mer,

- en “étouffant” les collectivités qui, sur 3 ans, vont subir un blocage des dotations de l’État.

Du député “fantôme” à l’élu “cumulard”

L’opinion connaît aujourd’hui Didier Robert député “fantôme” qui, pourtant, touche ses indemnités de député.
L’opinion connaît aujourd’hui Didier Robert “cumulard”, député “en mission” désigné par le gouvernement, 1er adjoint au maire du Tampon… et “accessoirement” président de la CASUD — Communauté d’agglomérations du Sud — (touchant les indemnités qui vont avec), et bien sûr président de Région… avant d’être PDG de la SPLA Maraïna… ouf, pour l’instant, la liste est close.
Mais personne ne l’aurait imaginé organisateur de pagaille routière !
La route des Tamarins a été réalisée pour mettre fin, sur sa portion, au cauchemar des embouteillages. Sur sa portion, car, de toute façon, aux entrées de ville (Saint-Paul, comme Saint-Denis pour la route du Littoral), le rétrécissement des voies impose des bouchons.
Entendons-nous bien : les chantiers routiers doivent remédier à l’urgence, l’alternative à l’automobile (le tram-train, pas les “milliers” de bus dans la “boîte de sardines routière”), tracer la voie de l’avenir dès maintenant, et les modes doux de déplacement (au premier chef le vélo) être progressivement réalisés, en recherchant l’adhésion de tous pour des voiries partagées.

Un objectif : coûte que coûte, faire le contraire de ce qui était prévu

Ainsi, l’ancienne majorité de la Région a-t-elle réalisé des pistes cyclables, sur les anciennes routes nationales à l’Etang-Salé et à Sainte-Marie par exemple.
C’est dans cette perspective que l’ancienne majorité, à l’initiative du conseiller régional Raymond Lauret, avait envisagé de bloquer aussi la circulation automobile un dimanche au profit des modes doux de déplacement… avec une différence de taille : gêner le moins possible les automobilistes.
C’est pourquoi l’ancienne majorité avait envisagé de bloquer pour une journée le tronçon sur l’ancienne route nationale, de Saint-Leu, à partir du cimetière, à l’Etang-Salé les Bains.
Cela aurait permis une animation culturelle dans ces villes, de faire marcher le tourisme (ce n’est pas l’an 1 du tourisme version Robert ?), d’en faire profiter les commerces, de “booster” l’affluence sur les plages… et tant d’autres opportunités !
Certains de mes amis disent que parce que c’est l’équipe à Vergès qui l’a proposé, Ti garçon Sarko a décidé de ne pas le faire et préféré bloquer la route des Tamarins, route à grande circulation. Quitte à mettre la pagaille. On connaissait Mr Bean, voilà maintenant que nous devons faire avec l’inspecteur Gadget !


Kanalreunion.com