Déplacements - Transports

Nouvelle Route du Littoral de La Réunion : FNE et la SREPEN RNE agissent en justice !

France Nature Environnement

Témoignages.re / 17 décembre 2013

Dans un communiqué, France Nature Environnement et la SREPEN annoncent le dépôt de leur premier recours contre le projet de route en mer du président du Conseil régional, Didier Robert. L’arrêté préfectoral autorisant le début des travaux du titre de la loi sur l’eau est illégal. disent les associations.

France Nature Environnement et son association réunionnaise, la SREPEN Réunion Nature Environnement (RNE) ont déposé aujourd’hui leur premier recours dans le cadre du projet de Nouvelle Route du Littoral contre l’arrêté préfectoral autorisant le début des travaux au titre de la loi sur l’eau.

Ce projet routier qui doit relier le chef-lieu « Saint-Denis » au Grand Port maritime de la Pointe des Galets est présenté par la Région dans une version en digue et viaduc. Or, depuis l’origine du projet, l’Autorité Environnementale du Conseil général de l’environnement, le Conseil National pour la Protection de la Nature et le Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel (CSRPN) de La Réunion ont successivement démontré les impacts du « digue/viaduc » et demandé la réalisation du projet dans une version « tout viaduc ». Mais, malgré ces avis et positions, le préfet a accordé le 25 octobre 2013, la première autorisation nécessaire au commencement des travaux.

« Nous ne nous opposons pas à la Nouvelle Route du Littoral, mais souhaitons que la meilleure solution pour l’environnement soit retenue » indique Bernadette Ardon, présidente de la SREPEN RNE.

Un projet qui ne répond pas aux exigences de la directive européenne sur l’eau

La protection de l’eau n’est toujours pas suffisamment prise en compte dans le cadre de projets d’aménagement en France. Les promoteurs et l’administration oublient encore trop souvent l’obligation d’atteindre le bon état des eaux en 2015 imposée par la Directive cadre européenne sur l’Eau. En délivrant son autorisation, le Préfet de La Réunion aurait dû s’assurer qu’il n’existait effectivement pas une autre solution environnementale meilleure et à un coût économiquement acceptable comme l’exige le droit de l’Union européenne. FNE et la SREPEN RNE estiment que l’arrêté est illégal et viennent de saisir le juge administratif

« Le dossier « loi sur l’eau » de la Région Réunion ne traite ni des entrées de ville ni des carrières nécessaires à la réalisation de ce projet pharaonique alors que leurs impacts sur l’environnement et plus particulièrement sur les milieux aquatiques seront très importants » indique Bernadette Ardon, présidente de la SREPEN RNE.

Michel Dubromel, responsable de son Réseau Transport et Mobilité Durables : « nous engagerons toutes les démarches possibles pour obtenir la réalisation d’un projet conforme à la fois aux exigences de la Directive Cadre sur l’Eau qui s’impose à la France et aux enjeux environnementaux ».


Kanalreunion.com