Déplacements - Transports

Plus de 80 millions d’euros d’investissements : en route pour un développement durable du Sud

Pose de la 1ère pierre du pont de la Rivière Saint-Étienne

Sophie Périabe / 5 août 2009

Rappelez-vous le 25 février 2007, le pont aval de la Rivière Saint-Étienne s’écroulait comme un château de cartes sous la puissance des eaux engendrées par le cyclone Gamède.
S’en est suivi 2 ans de galère pour les automobilistes, mais d’ici 2011, le nouveau pont sera construit, une 4 voies de 695 mètres ; le pont en amont étant réservé aux autres modes de transport avec, à terme, le tram-train.

La réalisation de ce nouveau pont était attendue depuis plus de 2 ans par les 27.000 automobilistes qui empruntent quotidiennement cet axe de circulation entre Saint-Louis et Saint-Pierre.
L’État, à la suite de l’effondrement du pont aval, s’était engagé à financer la construction à l’identique d’un nouveau pont. Mais pour la Région, il était indispensable de réfléchir à l’avenir et d’anticiper l’arrivée du tram-train. « Tout homme politique ne doit pas penser qu’à l’immédiat, il est nécessaire d’englober le passé pour ne pas reproduire les mêmes erreurs et aussi réfléchir à l’avenir », a souligné Paul Vergès dans son discours.
La Région finance donc le nouveau pont, une 2x2 voies, à hauteur de plus de 61 millions d’euros ; l’État, quant à lui, maintient son financement de 21 millions d’euros.
Le pont en amont sera, lui, réservé aux transports en commun, aux modes de transport doux (piétons, vélos), au tram-train et sera un accès direct à Saint-Louis.
Ce nouvel axe, dans le prolongement de la route des Tamarins, viendra compléter l’équipement du Sud en infrastructures, contribuant ainsi à créer les conditions d’un développement solidaire et durable.

Le processus de développement du Sud est maintenant lancé

L’ensemble des élus du Sud et notamment ceux de Saint-Louis et Saint-Pierre se réjouissent de la pose de la première pierre de ce nouvel équipement routier. « C’est aussi l’occasion de désenclaver Saint-Louis et La Rivière », a ajouté Claude Hoarau. En effet, il est prévu la construction d’une route en bordure de falaise qui permettrait un accès plus facile à La Rivière et Cilaos, et ainsi éviter le passage par Saint-Louis.
Pour Paul Vergès, il est indispensable que tous les élus du Sud s’unissent, quelle que soit leur couleur politique, « pour que cette région parle d’une seule voix ».
Après la déviation de Grand-Bois qui sera livrée en fin d’année, la contournante de Saint-Joseph, le nouveau pont de la Rivière Saint-Étienne, le Sud devra compter, à terme, sur la route de moyenne altitude qui irait de l’Étang-Salé à Saint-Joseph et qui desservirait toute la population des Hauts.
Le processus de développement du Sud est maintenant lancé, « c’est aujourd’hui aux élus de mener un grand projet à partir des potentialités de cette région, pour un développement harmonieux de La Réunion », a conclu le président de la Région.

S.P.


Kanalreunion.com