Déplacements - Transports

Pollution et embouteillages en hausse à La Réunion

Déplacements domicile-travail

Témoignages.re / 16 décembre 2014

Dans l’étude publiée ce matin, l’INSEE annonce l’augmentation de la part de l’automobile dans les déplacements domicile-travail. C’est la conséquence de la concentration des emplois dans des secteurs bien précis, notamment Saint-Denis et Le Port. Seuls 5% des travailleurs prennent les transports collectifs, ils sont deux fois plus nombreux à marcher à pied. Voici un extrait de cette étude :

JPEG - 42.5 ko
Les embouteillages ne cessent de s’aggraver. Les Réunionnais n’ont pas fini de payer la décision d’arrêter le chantier du tram-train. (photo Toniox)

« Depuis 20 ans, le nombre de Réunionnais en emploi augmente chaque année en moyenne de 4 500 personnes. En 2011, les trois quarts des travailleurs utilisent leur voiture pour se rendre à leur travail, contribuant à l’engorgement des réseaux routiers aux heures de pointe. Le recours au transport en commun reste faible et stagne à 5 % depuis 1999. Quatre personnes en emploi sur dix travaillent en dehors de leur commune de résidence.

Depuis 1999, elles sont de plus en plus nombreuses et s’installent de plus en plus loin de leur lieu de travail. L’allongement des trajets et l’augmentation du nombre d’actifs occupés représentent un défi majeur pour le développement durable des transports à La Réunion.

En 2011, un Réunionnais utilisant un véhicule motorisé pour se rendre au travail parcourt en moyenne 25 km par jour, soit plus qu’en France métropolitaine. La moitié des travailleurs font plus de 15 km et 7 600 dépassent les 100 km par jour. Ces déplacements génèrent l’émission d’une tonne de CO par personne en emploi et par an. Les tronçons les plus fréquentés sont ceux situés 2 entre Le Port et Sainte-Suzanne : 23 000 automobilistes entrent quotidiennement dans Saint-Denis. Le taux d’équipement des ménages en automobiles à La Réunion reste inférieur à celui de la France métropolitaine mais le parc vieillit et devient de plus en plus puissant, facteurs défavorables pour l’environnement.

La part des transports en commun dans les déplacements domicile-travail est faible (5 %) et reste stable depuis 1999. Néanmoins le nombre de personnes utilisant les transports en commun pour aller au travail progresse chaque année (+ 300 personnes) mais beaucoup moins que le nombre d’automobilistes (+ 5 600). La part de l’auto- mobile augmente ainsi entre 1999 et 2011, passant de72% à 78%. La part de la marche à pied diminue mais reste le moyen de déplacement d’un travailleur sur dix. »


Kanalreunion.com