Déplacements - Transports

Route des Tamarins : la route du changement

Anniversaire

Témoignages.re / 24 juin 2013

JPEG - 65.1 ko
Paul Vergès avec des travailleurs lors de l’inauguration du viaduc de la Grande Fontaine, le 1er avril 2009.

Le 23 juin 2009, Paul Vergès ouvrait la Route des Tamarins. Projet lancé, piloté et achevé sous la présidence de Paul Vergès à la Région, cette nouvelle route a changé La Réunion. Elle a permis de désenclaver le Sud et les régions de mi-pente de l’Ouest, là où se concentre la majorité de la population de Saint-Paul, Trois Bassins et Saint-Leu.

En mettant Saint-Denis à à peine une heure de Saint-Pierre, elle a ouvert de nouvelles perspectives aux Réunionnais. C’est ce qui se vérifie tous les jours depuis 4 ans.

De la route des bas à la Route des Tamarins

Les lois de décentralisation ont amené la Région à exercer de nouvelles compétences. La présidence de Pierre Lagourgue a donc été marquée par l’élaboration d’un plan de construction de lycées et de routes.

Dans ce cadre, Pierre Lagourgue avait prévu la construction d’une quatre-voies autour de l’île et en bordure du littoral, en accord avec les services de l’État. Mais Paul Bénard, maire de Saint-Paul, a refusé le passage d’une quatre-voies sur le littoral de sa commune, et il a tout au plus autorisé la construction du contournement de Saint-Gilles les Bains.

Les services de l’État gardent donc sous le coude le projet d’une quatre-voies par les bas dans l’Ouest, et entament alors des discussions avec les Mairies concernées pour la construction de la voie rapide. Les travaux débutent pour les parties Sud entre l’Étang Salé et Saint-Pierre, et dans l’Est entre Saint-Denis et Saint-Benoît.

Mais après le décès de Paul Bénard, c’est une nouvelle équipe qui arrive à la direction de Saint-Paul, conduite par Cassam Moussa alors que Paul Vergès siège dans l’opposition. Le Conseil municipal met alors à l’ordre du jour une délibération prévoyant le passage de la quatre voies sur le littoral dans l’Ouest. Paul Vergès s’est alors opposé à la réalisation de cette infrastructure. Les arguments avancés ont été la protection du littoral, et la prise en compte du fait que l’accroissement de la population va se faire surtout à mi-pente et que c’est l’occasion de lancer entre Saint-Paul et Saint-Leu le premier maillon d’une route de moyenne altitude circulaire à La Réunion.

Le premier vice-président de la Région rencontre alors le directeur de l’Équipement puis le débat est porté au Conseil régional.

Paul Vergès plaide pour le tracé à mi-pente, et la Région et l’État vont porter l’affaire devant le Conseil national des routes. Cette instance tranche en faveur de la thèse défendue par Paul Vergès, la route de moyenne altitude. Pierre Lagourgue a alors souligné sa satisfaction devant le résultat obtenu. L’autoroute de l’Ouest par les bas ne sera pas construite, ce sera la Route des Tamarins.


Kanalreunion.com