Déplacements - Transports

Route des Tamarins : un couloir de bus pour les camions

Une innovation de la même veine que « la route la plus chère du monde »

Manuel Marchal / 4 octobre 2017

La dernière initiative de la Région Réunion est un nouveau cadeau fait aux camionneurs qui bénéficient du marché du transport de roches pour le chantier de la route en mer, surnommée par France 2 « la route la plus chère du monde » : 5 kilomètres de voie réservée accessoirement ouverte aux bus et aux taxis.

JPEG - 68.5 ko
Extrait de la publicité de la Région parue hier dans le JIR.

L’arrêt du chantier du tram-train en 2010 par la Région Réunion a eu pour conséquence la poursuite de la croissance du parc automobile à La Réunion. En conséquence, les embouteillages sont toujours plus importants. Le matin, la partie descendante de la route des Tamarins entre l’Eperon et Saint-Paul est saturée sur ses trois voies, y compris celle réservée en principe aux véhicules lents. Il est clair que cette situation pénalise les usagers des transports collectifs, car les bus sont eux aussi prisonniers de l’embouteillage.

Hier, la Région a payé deux pages de publicité au Journal de l’île pour annoncer un nouveau dispositif à compter du 6 octobre. Les 5 kilomètres de la voie lente ne seront plus ouvertes à tous les usagers. La logique aurait voulu qu’elle soit réservée aux bus et aux taxis comme cela se fait partout ailleurs. Mais cette voie sera aussi ouverte aux camions de plus de 3,5 tonnes.

Que des usagers des transports collectifs soient favorisés pour échapper à l’embouteillage, cela ne choque personne. Par contre, que des camionneurs puissent bénéficier de pareille faveur est très contestable. En effet, d’autres transporteurs qui ne sont pas propriétaires d’engins de plus de 3,5 tonnes ne pourront pas emprunter cette voie réservée et perdront donc du temps et de l’argent dans l’embouteillage. Cela introduit une distorsion de concurrence.

L’essentiel est dans l’autorisation donnée aux camions d’emprunter un couloir de bus. Rien n’est trop beau pour répondre aux attentes des entreprises qui ont raflé le marché des transports de roches pour alimenter le chantier de la route en mer.

M.M.