Déplacements - Transports

Route en mer : la condamnation se précise

Comment peut-on mettre plus de 2 milliards d’euros dans 12 kilomètres ?

Manuel Marchal / 4 août 2014

Ségolène Royal : « Ce n’est pas réaliste de mettre 900 millions d’euros dans 60 kilomètres ! ». Cette déclaration de la ministre de l’Environnement au sujet de l’autoroute A831 n’est pas désavouée par Manuel Valls, Premier ministre. Ce dernier demande l’étude de tous les choix alternatifs pour l’autoroute A831 avant de décider. Cela sonne comme une nouvelle condamnation de la route en mer dite nouvelle route du littoral. Pas étonnant que la Région Réunion commence à montrer son exaspération dans une pleine page de pub, en utilisant des faits divers tragiques pour tenter désespérément de convaincre.

JPEG - 52.8 ko
Ségolène Royal : « Ce n’est pas réaliste de mettre 900 millions d’euros dans 60 kilomètres ! ». Comme c’est encore moins réaliste de mettre plus de 2 milliards d’euros dans 12 kilomètres, qui peut encore croire à la campagne de pub pour la route en mer ?

Manuel Valls est intervenu dans le dossier sur l’A831. Force est de constater qu’il n’a pas désavoué Ségolène Royal qui avait déclaré son opposition à une autoroute dans l’Ouest, et décidé de prendre des mesures pour rendre impossible le début du chantier. La ministre de l’Ecologie avait souligné que « ce n’est pas réaliste de mettre 900 millions d’euros dans 60 kilomètres ! ». Nous avions écrit qu’une telle déclaration sonnait comme une condamnation de la route en mer voulue par Didier Robert. En effet, si « ce n’est pas réaliste de mettre 900 millions d’euros dans 60 kilomètres ! », c’est encore moins réaliste de mettre plus de 2 milliards d’euros dans une route en mer de 12 kilomètres. De nouveaux éléments viennent encore étayer cette information.

« Étudier les choix alternatifs »

En France, des élus ont protesté contre la décision de la ministre. Ils en appellent à l’arbitrage du chef du gouvernement. Ce dernier a répondu. Manuel Valls a dit que « le gouvernement n’a pas d’objection à ce que la procédure de consultation soit lancée afin de connaître le coût de cet ouvrage ». « Je suis comme la ministre, à l’écoute des élus de cette région. Il y a un projet qui pose beaucoup de problème en termes d’intégration environnementale, mais pour faire le bon choix, étudier les choix alternatifs et de contournement, il faut avoir tous les éléments en main », a dit le Premier ministre.
Manuel Valls a donc écrit aux élus concernés. Ségolène Royal note que le courrier demande l’étude d’une solution alternative, ce qui a toujours été refusé par les partisans de l’autoroute, dit-elle en substance. Dans son courrier, Manuel Valls précise en plus que le projet d’autoroute a été modifié depuis la déclaration d’utilité publique, et que ces modifications doivent être portées à la connaissance de la population.

Force est de constater que tout comme pour l’autoroute A831, celui de la route en mer dite « nouvelle route du littoral » peut faire l’objet de plusieurs alternatives. Malgré les appels des associations de protection de l’environnement, et de l’ATR-FNAUT, la Région Réunion s’est refusée à toute alternative. La plus haute instance environnementale, le Conseil national de protection de la Nature, s’est également prononcé à l’unanimité contre le projet de route en mer et soulignant que d’autres alternatives sont possibles.

Panique à la Région Réunion

Manifestement, la condamnation du projet de route en mer se précise.
La campagne de publicité de la Région Réunion confirme cela. Dans une pleine page de pub achetée dans le « Quotidien », la photo de Didier Robert apparaît, accompagnée de clichés rappelant de tragiques faits divers. Le partisan de la route en mer a décidé de radicaliser son discours. Ce choix de miser sur l’émotion plutôt que sur la raison montre que la route en mer est de plus en plus indéfendable.

Tout comme l’A831, la route en mer ne se fera pas, car si « ce n’est pas réaliste de mettre 900 millions d’euros dans 60 kilomètres ! » c’est encore moins réaliste de mettre plus de 2 milliards d’euros dans une route en mer de 12 kilomètres.

 M.M. 


Kanalreunion.com