Déplacements - Transports

Route en mer : mobilisation contre la carrière de Bois-Blanc

Réunion d’information du Collectif Touch pa nout roche

Manuel Marchal / 17 septembre 2016

Aujourd’hui, une réunion d’information du Collectif Touch pa nout roche est organisée aux Avirons. Elle marquera le point de départ de la relance de la mobilisation citoyenne contre le projet de méga-carrière de Bois-Blanc. L’ouverture de cette carrière est exigée par les partisans de la route en mer dite NRL, qualifiée par France 2 de « route la plus chère du monde ».

JPEG - 68.8 ko
Chaine humaine contre la carrière l’année dernière.

Une page de publicité signée « Les constructeurs » a été diffusée dans la presse. Ces partisans de la route en mer affirment que la création d’une carrière d’extraction de roches massives à Bois-Blanc est la condition nécessaire à la construction des digues de la route en mer. Et sans ces digues, la route en mer ne se fera pas.

Pour parvenir à leurs fins, les partisans de la route en mer ont obtenu la relance de l’enquête publique pour l’ouverture de la carrière de Bois-Blanc. En 2015, une telle procédure avait pourtant déjà eu lieu. Elle avait débouché sur une appréciation négative. C’était en particulier la conséquence d’une forte mobilisation de la population. Les trois maires concernés avaient décidé de suivre l’opinion, et avaient aussi pris position contre cette carrière. Des milliers de personnes avaient organisé une chaîne humaine sur le secteur concerné par le projet, c’était la plus grande manifestation de défense de l’environnement jamais organisée à La Réunion.

Puis la commune de Saint-Leu a organisé un référendum consultatif sur cette question. Plus de 80 % des suffrages exprimés se sont prononcés contre l’ouverture d’une carrière à Bois-Blanc.

Aujourd’hui, le Collectif Touch pa nout roche organise une réunion d’information à l’école Paul Hermann aux Avirons. En effet, l’enquête publique est accompagnée d’un dossier de plus de 2.000 pages pesant plus de 20 kilos. Le but de cette réunion est d’apporter un éclairage sur le contenu de cette documentation technique incompréhensible pour beaucoup de gens.

Cette rencontre vise à être le point de départ d’une nouvelle mobilisation citoyenne. Le collectif indique en effet que plus les avis négatifs seront nombreux, plus ils pèseront sur la décision que devra prendre le préfet sur ce sujet.

La route en mer est revenue sous les feux de l’actualité par l’intermédiaire d’un reportage publié dans le journal de France 2 cette semaine. Il a donné un coup de projecteur sur « la route la plus chère du monde ». Pour 12 kilomètres de route, un coût prévisionnel de 1,6 milliard d’euros est annoncé, soit 133 millions d’euros le kilomètre. C’est six fois plus cher qu’une autoroute de montagne en France, seul le viaduc de Millau arrive à soutenir la comparaison.

Le chantier de la grande digue de la route en mer est suspendu, car les promoteurs du projet ont lancé les travaux sans avoir les matériaux disponibles pour mener à bien leur opération. La mobilisation citoyenne pourrait donc donner un coup d’arrêt définitif à une route en mer condamnée d’avance par les effets du changement climatique.

M.M.


Kanalreunion.com