Déplacements - Transports

SRPEN : « La Nouvelle Route du Littoral en recherche de carrières »

NRL : La SREPEN Réunion Nature Environnement solidaire des opposants aux nouvelles carrières

Témoignages.re / 11 août 2015

Dans un communiqué publié ce mardi 11 août, la SREPEN-RNE se félicite de l’avis défavorable du commissaire-enquêteur au sujet du projet de la carrière de Bois-Blanc et « affirme sa solidarité et son soutien à tous les collectifs de citoyens qui s’opposeront à l’ouverture de nouvelles carrières. »

JPEG - 83 ko
Une partie de la foule présente le 7 juin dernier pour s’opposer à l’ouverture d’une carrière à Bois-Blanc.

La SREPEN Réunion Nature Environnement rappelle qu’elle n’est pas opposée au projet de la Nouvelle Route du Littoral tout viaduc sous condition que les impacts sur l’environnement et en particulier l’impact des carrières soient les plus réduits possibles, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

La SREPEN Réunion nature environnement se félicite de l’avis défavorable du commissaire enquêteur sur le projet de carrière de Bois Blanc à Saint-Leu. En particulier, la SREPEN-RNE se réjouit de l’examen de ce projet de carrière de Bois Blanc indépendamment des besoins du chantier de la NRL, de la juste prise en compte des nombreux impacts négatifs sur la faune, la flore, le site et le voisinage
des réserves de nombreux services, des avis défavorables des communes concernées ainsi que la légitime hostilité des riverains.

La SREPEN RNE dénonce depuis 2011 le manque de prévision de l’Etat et de la Région dans la gestion des besoins en carrière :
Lors de l’enquête publique préalable à la Déclaration d’Utilité Publique pour la NRL, la SREPEN RNE a recommandé la variante « tout viaduc » afin de réduire les besoins et donc les impacts des nouvelles carrières. En vain, la Région Réunion est restée sur son choix « viaduc–digue » beaucoup plus demandeur de matériaux de carrières impactant l’environnement

L’étude d’impact du dossier de DUP (mars 2012) aurait dû inclure les sites des futures carrières conformément aux dispositions réglementaires de la circulaire n°93-73 du 27/09/93 prise pour l’application du décret n°93-345 du 25/02/93 relatif aux études d’impact. Dans cette circulaire le ministre précise chapitre 2.2.2. §6 « je vous rappelle que les impacts liés à l’extraction et au transport des matériaux nécessaires à la construction des ouvrages doivent être traités dans l’étude d’impact de l’aménagement principal… ». La préfecture n’a pas fait respecter cette directive ministérielle.

La modification du SDC, mars 2013-mai 2014 devait répondre à tous les besoins de carrières
Les sites de BELLEVUE et DIORE ont été ajoutés au SDC afin de conforter une éventuelle démarche de PIG à venir.
Les sites de l’ERMITAGE et de Ravine du TROU (Bois Blanc) ont été ajoutés en exception de protection des périmètres irrigués.
le site des LATANIERS, couvert par une ZNIEFF de type 1 qui interdit toute carrière ne sera pas déclassé. La SREPEN RNE a su développer des arguments juridiques dissuasifs à toute modification du SDC sur ce site.
La SREPEN RNE déplore cette approche « saucissonnée » des carrières par étapes :
Qui a permis de cacher au public les nombreux impacts collatéraux générés par les travaux de construction de la NRL, en particulier du fait des ouvertures de nouvelles carrières sur plusieurs sites très éloignés du chantier littoral.

Qui cherche à imposer par l’urgence de nouvelles carrières
Devant ce manque de préparation et ces tentatives de passer avec la force de l’urgence, la SREPEN RNE :
- rappelle qu’elle n’est pas opposée à la NRL dans sa variante « tout viaduc » et réaffirme son opposition à l’ouverture de carrière nécessaire à la construction de la digue
- affirme sa solidarité et son soutien à tous les collectifs de citoyens qui s’opposeront à l’ouverture de nouvelles carrières.


Kanalreunion.com