Déplacements - Transports

Une aide au déplacement à l’unique charge de l’État

Le PCR et le débat sur le prix des billets d’avion

Céline Tabou / 23 octobre 2014

Yvan Dejean, secrétaire général du PCR, a expliqué que cette continuité territoriale « n’a jamais existé, parce que la décision du Conseil Constitutionnel de 2003 indique qu’un tel dispositif ne peut pas s’appliquer à La Réunion, c’est à dire qu’on ne peut pas avoir un service public comme il en existe en Corse, où il y a la péréquation des prix. Mais le Conseil Constitutionnel a dit que l’État peut accorder une aide aux déplacements ».

Ce dernier a rappelé que « la Région sous la mandature de Paul Vergès disposait de la continuité territoriale mais c’était en réalité un dispositif d’aide au déplacement. Il existe une confusion dialectique depuis plus de 10 ans ». Le secrétaire général a rappelé que « cette aide au déplacement est à la charge totale de l’État et devait cibler un public particulier sur des critères précis. Sous l’ancienne mandature, on n’avait pas souhaité mettre le doigt dans l’engrenage, c’est à dire là où il n’y a pas de limites ».

Yvan Dejean a proposé la mise à plat de l’aide, car « la Région s’engouffre dans ce dispositif, ce qui va entraîner un gouffre financier ». De plus, certains ménages dont les revenus sont élevés ne devraient pas obtenir le bon de 360 euros. Ce dernier doit servir plutôt les plus démunis qui en ont besoin, a expliqué Yvan Dejean.

Au cours de l’assemblé plénière extraordinaire du Conseil Régional, le 28 octobre, « c’est Élie Hoarau, notre conseiller PCR, qui ira défendre notre position », comme la redéfinition des critères d’attribution, la non-existence de la continuité territoriale, la charge totale de l’État dans ce dispositif, la non-participation de la collectivité dans le financement et les conséquences financières de la participation de la collectivité.


Kanalreunion.com