Education-Formation

Bienvenue à La Réunion

Journée d’accueil des étudiants étrangers

Manuel Marchal / 3 septembre 2009

Avant de se rendre à l’Université, les étudiants étrangers inscrits à l’Université et participant aux programmes ERASMUS, CREPUQ et ISEP étaient les invités du Conseil régional. Ils ont pu découvrir les principaux enjeux et les défis de notre pays.

Venus d’Europe et d’Amérique du Nord, les étudiants des programmes ERASMUS, CREPUQ et ISEP vivent sans doute pour beaucoup leur première expérience de vie dans un pays qui appartient au monde en développement.
Ils vivront à La Réunion pendant au moins un semestre, ce qui sera pour eux l’occasion de séjourner dans une île où vivent les langues créole et française.
D’ici 20 ans, notre population augmentera de 25%, c’est ce qu’a rappelé Raymond Mollard à ces jeunes venus des continents de l’hémisphère Nord. Cette donnée démographique a pour conséquences des politiques spécifiques qui ont été rapidement expliquées hier. D’ailleurs, le vice-président de la Région a commencé sa présentation en invitant ces jeunes à se concentrer sur ce qu’ils ne pourront pas voir ailleurs, notamment sur les plans de la culture et de la civilisation.
Raymond Mollard explique également le volontarisme dont fait preuve la collectivité pour accompagner la construction de bâtiments de l’Université, la recherche et la mobilité. Cette spécificité se trouve également dans la situation administrative de notre île, à la fois département de la République, région ultrapériphérique de l’Union européenne et île de l’océan Indien dans l’hémisphère Sud.
C’est le résultat d’une Histoire dont il est important de se souvenir tout en se tournant vers un avenir qui sera différent de ce que nous connaissons. Malgré toutes les difficultés héritées de l’Histoire, et tous les défis à relever, « nous sommes en situation de relever notre pari », précise Raymond Mollard. Et de souligner ce pari s’organise autour de la réalisation de grands projets qui s’appréhendent sous les angles du développement économique, humain et durable.
Il a notamment été question du projet d’autonomie énergétique pour 2025, à partir d’énergies renouvelables : le vent, la mer, le soleil, le volcan. Raymond Mollard a également évoqué le projet d’implanter des fermes photovoltaïques le long de la route des Tamarins, ceci afin de libérer les automobilistes du carburant fossile, et de remplacer le parc automobile par des voitures électriques.
Les nombreux étudiants présents ont aussi pu découvrir les autres grands projets lancés par la Région avec une plaquette bilingue français-anglais, et un dépliant en anglais sur le tram-train. D’ailleurs, il est à noter qu’à plus de 10.000 kilomètres de notre île, la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise n’est pas inconnue bien au contraire. Elle est considérée comme un projet exemplaire, qui sera un « passage obligé » pour ceux qui visiteront notre île.

Manuel Marchal


Mohamed Rochdi, président de l’Université

Une politique régionale volontariste pour la recherche

Intervenant après le représentant du CCEE et celui du Recteur, Mohamed Rochdi a rappelé que le Conseil régional a dans ses prérogatives la charge d’une partie du secondaire, mais que de manière volontariste, la collectivité soutient la recherche. Il a ensuite présenté dans ses grandes lignes l’établissement qu’il préside.


Laurent Sermet, vice-président chargé des relations internationales à l’Université

130 étudiants l’an dernier, 160 cette année

Laurent Sermet a décrit les programmes d’échanges qui permettent à des étudiants étrangers de venir dans notre île, et aux étudiants réunionnais de s’ouvrir sur le monde. ERASMUS donne accès à 78 universités en Europe, alors que ISEP ouvre les portes de 130 universités des États-Unis.
L’augmentation du nombre d’étudiants étrangers venus à travers ces programmes cette année (160 au lieu de 130 l’an passé) montre que malgré l’éloignement, « nous sommes capables d’attirer ».
Le vice-président de l’Université rappelle également que, comme l’a indiqué le représentant Recteur, que les compétences linguistiques des étudiants dans leur langue maternelle peuvent être mises au service de l’Éducation nationale dans notre île.


Kanalreunion.com