Education-Formation

L’évolution de la carte scolaire mise en stand-by

Education prioritaire

Cinthia Fontaine / 4 mars 2010

Suite à l’appel du 18 février lancé par les enseignants et les syndicats à la deputée-maire de Saint-Paul concernant l’évolution de la carte scolaire pour la rentrée 2010, la Mairie recevait hier matin une délégation de l’Éducation nationale.

Le 18 février, une rencontre avait été organisée afin d’alerter l’opinion sur l’évolution de la carte de l’Éducation prioritaire décidée le 28 janvier 2010 par le Comité technique paritaire (CTP) et en passe d’être validée [1]. Cette évolution est lourde de conséquences pour la commune car elle y perdrait une dizaine de classes, 17 personnels éducatifs spécialisés, et de nombreuses classes sortiraient de la Zone d’éducation prioritaire (ZEP) avec pour conséquence une augmentation du nombre d’élèves par classe. Or, ces décisions ont été prises sans concertation avec les directeurs et les collectivités des zones concernées et surtout sur la base d’évaluations non terminées et non représentatives, puisque menées sur une seule année. En conséquence, un appel au rassemblement devant le Rectorat pour protester contre ces décisions avaient été lancé.
Le CTP a par ailleurs été annulé pour cause de boycott par les fédérations syndicales. La députée-maire Huguette Bello a de plus lancé un appel lors de l’Assemblée nationale du 23 février 2010 [2], entendu par Luc Chatel, Ministre de l’Education. Le ministre avait d’ailleurs été étonné par une telle précipitation, d’autant que les évaluations lancées après la 4ème année du dispositif d’éducation prioritaire sont actuellement dans leur phase terminale et que les décisions en résultant ne devront être prises qu’après concertation avec les collectivités territoriales. A La Réunion, 54% des collèges et 55% des écoles sont concernés par le dispositif “Ambition réussite”, ce qui souligne les besoins de La Réunion a un accès à l’éducation prioritaire.

Lors de la réunion d’hier matin en Mairie de Saint-Paul, tenue en présence d’une délégation du Rectorat (l’inspecteur de l’Académie, l’inspecteur adjoint, le directeur de cabinet du recteur et le secrétaire général de l’Académie), il a été décidé une mise en stand-by de l’évolution de la carte scolaire et de la fermeture des classes prévue dans la commune en attendant les prévisions de l’exercice 2010 et peut-être la fin des évaluations. La députée–maire a aussi insisté sur un accueil des tout-petits dans les écoles maternelles qui permet une meilleure socialisation des enfants et qui augmente les chances de réussite scolaire.

Ce chapitre de l’évolution des Zones d’éducation prioritaire est loin d’être clos, car il ne faut pas laisser la politique de restrictions budgétaires du gouvernement mettre en péril l’avenir de nos enfants, a conclu Huguette Bello.

CF 

[1“Témoignages” du 19 février 2010

[2Témoignages” du 25 février 2010


Kanalreunion.com