Education-Formation

La CGTR Educ’action appelle à la grève le 31 janvier

Réformes dans l’Éducation nationale

Témoignages.re / 24 janvier 2013

Pour manifester contre les projets du gouvernement de réformes de l’éducation et les conditions d’enseignement, dans un communiqué, la CGTR Educ’action appelle l’ensemble des personnels de l’Éducation nationale à la grève le 31 janvier 2013.

Dans le cadre de l’appel unitaire CGT/FSU/SOLIDAIRES au niveau de la fonction publique, la CGTR Éduc’action appelle l’ensemble des personnels de l’Éducation nationale à se mettre en grève le 31 janvier 2013 :

- Contre le projet de loi Peillon de « refondation de l’école »

- Contre le projet de décret sur les rythmes scolaires

- Contre la précarité qui grandit dans l’Éducation nationale

- Pour nos salaires

- Pour exiger des moyens à hauteur des besoins

- Pour l’abrogation du jour de carence

La CGTR Éduc’action s’est exprimée contre le projet de loi de « refondation de l’école » s’opposant au fait de voir que les fondements idéologiques qui ont présidé aux réformes (Bac pro 3 ans, lycées, socle commun) ne soient pas remis en cause.

L’aménagement de ces réformes à la marge ne peut nous satisfaire : ainsi le socle commun, créé par Fillon en 2005, ne doit pas être repensé comme un « socle de gauche », car il porte en lui les principes de l’école des concurrences que nous combattons.

Ce n’est pas la voie qui est suivie actuellement puisqu’il constitue, pour le ministère, un horizon servant à organiser conjointement l’école et le collège.

Dans ce contexte, la CGTR-Éduc’action continue à exiger :

- Le rétablissement de tous les moyens perdus depuis 2002

- Des postes d’assistants sociaux et infirmiers et un véritable cadre A pour ces professions

- L’abandon du dispositif ECLAIR, de la notion de socle commun, du Livret Personnel de Compétences (LPC)

- La remise à plat de la réforme du Bac pro 3 ans et de celle du lycée général et technologique

- Le recrutement par concours au niveau Licence, avec une formation de deux ans payée et débouchant sur un Master

- La titularisation sans condition de concours et de nationalité de tous les personnels précaires avec une vraie formation

- Une augmentation immédiate des salaires de 70 points d’indice (soit plus de 300 euros pour toutes et tous)

- L’abandon de l’évaluation professionnelle pour les ATSS

- La suppression de la Prime de Fonctionnement et de Résultat (PFR) pour les administratifs

- Une vraie réduction du temps de travail

- L’abandon du jour de carence

- L’abrogation du SMA (Service minimum d’accueil)

- La retraite à 60 ans à taux plein avec 37,5 annuités maximum

- Des CHSCT au plus près des personnels.

La CGTR Educ’actipon


Kanalreunion.com